Compte tes bénédictions, pas tes problèmes

ImageAujourd’hui commence le mois de Décembre, le mois le plus difficile pour certains. Parce qu’il leur rappelle plein de choses qui ne sont pas toujours positives.

  • Ils sont seuls, loin de leur famille, et qu’ils vont passer les fêtes de fin d’année et de nouvel an seul s’ils ne peuvent pas, pour une raison ou une autre, aller passer ces fêtes en famille.
  • Ils sont seuls parce qu’ils n’ont pas de compagnon ou de compagne. Et devront passer la Saint Valentin en tête-à-tête avec leur solitude.
  • Ils n’ont pas atteint les objectifs qu’ils se sont fixés en début d’année et se sont juré de les atteindre.
  • Une nouvelle année va bientôt commencer et ils ne savent toujours pas quoi faire de leur vie. Ou alors, ils n’ont pas toujours trouvé l’âme sœur alors que leur montre biologique tourne inexorablement, ou le boulot tant rêvé.

Toutes ces pensées et bien d’autres habiteront plusieurs d’entre nous pendant ces moments importants de l’année, et les empêcheront d’en tirer le meilleur profit. Pourtant, c’est justement lorsque tout semble ne pas aller comme on le souhaite qu’il faut prendre le plus grand soin de soi.

Oui, c’est peut-être ta faute si les choses se passent ainsi. Et alors ? Au lieu de regarder le verre à moitié vide, pourquoi ne regardes-tu pas le verre à moitié plein qui représentes toutes ces petites victoires que tu as remportées cette année qui va bientôt s’achever et même avant ?

  • Tu as un toit sur ta tête ? Des amis et de la famille qui t’aiment, pensent à toi et te disent combien tu leur manques ?
  • Tu peux manger à ta faim, quand tu le veux et la quantité que tu le veux ?
  • Tu peux sauter, marcher, monter les escaliers ?
  • Tu peux contempler le clair de lune ou le lever du soleil, respirer l’air frais au petit matin, regarder le soleil se coucher ?
  • Peux-tu lire, écrire ?
  • La dernière fois que tu as entendu parler de la guerre avec son cortège de viols, déplacement, destructions, morts, c’était au journal télévisé, c’est-à-dire loin de toi ?
  • Si tu es malade tu peux aller te faire soigner dans un hôpital propre, équipé d’appareils modernes et où des médecins formés, accueillants et humains vont t’accueillir et prendre soin de toi, et pas un bâtiment vieillot noyé dans des immondices d’ordures et où le dernier médecin est passé il y a six mois ?

Si tu peux répondre Oui à ces questions ou à quelques unes de ces questions, alors réfléchis deux fois avant de te plaindre.

Car tu as plus que ce que tu crois.

Tu es plus que ce que tu crois.

Tu vaux plus que ce que tu crois.

Tel que tu es.

Le problème c’est que tu es ton propre bourreau, tu t’infliges un traitement que tu n’oserais même pas infliger aux autres. Et si tu arrêtais de t’en vouloir sans cesse, de te critiquer sans cesse parce que ceci ou cela n’a pas marché et décidais pour une fois de prendre soin de toi, surtout en ces moments cruciaux de l’année ?

Prendre soin de toi physiquement, mais aussi et surtout mentalement, émotionnellement.

Pour t’aider à y parvenir, je te suggère d’essayer ce petit exercice :

-Regarde ce que tu manges parce que c’est ce que tu manges qui va te tuer. Mange équilibré, mange sain. Mange pour vivre, pas pour te faire mal ou pour mourir.

-Bouges-toi. Un peu d’exercice physique ne te fera que du bien de temps en temps. Je ne te demande pas de préparer les prochains jeux olympiques. Juste de prendre de plus en plus les escaliers, pour monter bien sûr. D’aller faire ces courses au coin de la rue à pieds. De te lever pour mettre la télévision en marche, sans toujours utiliser la télécommande, ou pour aller chercher sur l’étagère ce livre que tu veux lire, sans  le faire dans ce fauteuil roulant que tu pousses à longueur de journée de part et d’autres de ta maison.

-Ne vois plus les éléphants là où il n’y a que des fourmis. A chaque chose accorde-lui sa juste attention. Pas de dramatisation.

-Ne regrette rien. Si c’est bien, célèbre. Si c’est mauvais, célèbre. Rien n’arrive pour rien. Tout a un sens.

-Souviens-toi que le passé est… passé et…  terminé, et qu’il ne reviendra plus. Tu peux le visiter, si tu le veux, à condition que ce soit pour mieux avancer. Tu n’as pas pu saisir cette formidable opportunité qui t’a été présentée il y a peu, et c’est maintenant trop tard ? C’est pas grave. Demain est une promesse, une opportunité. Souviens-toi que, si le passé t’a échappé, le futur, lui, t’appartient.

-Compte tes bénédictions, et pas celles des autres. Parce que, c’est en comptant les bénédictions des autres que tu vois ce que tu n’as pas. Et, lorsque tu ne regardes que ce que tu n’as pas, alors tu es malheureux. Aigri. Envieux. C’est à ce moment-là que tu te mets à te comparer aux autres et à trouver que l’herbe est plus verte chez ton voisin. Pourtant, chacun de nous est unique. Chacun de nous a son étoile.

-Compte tes bénédictions, pas tes problèmes. Et tu seras surpris de voir qu’elles sont nombreuses. C’est pas parce que les choses ne vont pas comme tu le souhaites que tout va mal.

-Souviens-toi également que l’herbe n’est pas toujours verte chez ton voisin. Si tu prends la peine et le temps d’arroser ton jardin à toi, d’arracher toutes les mauvaises herbes qui le menace, de l’entretenir et de le nourrir avec de bons engrais, il sera tout aussi sinon plus vert que le jardin de ton voisin.

-Dis-toi que le bonheur que tu poursuis sans cesse et que tu crois atteindre si tu as toutes ces choses qui te manquent n’est pas loin : c’est toi qui le définis.

-Répète-toi à satiété que la solitude n’est pas aussi mauvaise que tu le penses. Elle peut être même une opportunité formidable pour réaliser enfin toutes ces choses que tu as toujours laissées pour demain. Comme ouvrir la porte à qui tu es, t’écouter réellement sains risque d’être interrompu par tous ces parasites, faire le bilan de l’année qui s’en va et fixer des objectifs plus réalistes pour l’année qui s’annonce, de  lire ces livres que vous achetez sans cesse mais que vous n’avez jamais pu lire. Regarder les films bien au chaud sur votre canapé, un verre de bon vin et du fromage à côté.

Ces moments de l’année que tu redoutes le plus peut être l’occasion de faire ce voyage tant rêvé parce que être seul ne veut pas dire que tu es incapable de bouger, d’entreprendre.

Tu n’as pas d’excuses pour te laisser aller pendant ces fêtes de fin d’année. Prends soin de toi parce que tu le vaux bien.  Et parce que la vie est belle malgré tout. A toi de jouer.

As-tu trouvé cet article intéressant ou utile ? S’il te plaît partage-le autour de toi pour aider ceux qui nous lisent à améliorer leur vie.

Et à bientôt ici pour toujours plus de tips et de trucs pour améliorer notre vie.

Céline SIKA

Publicités

9 réflexions au sujet de « Compte tes bénédictions, pas tes problèmes »

  1. Merci pour cet article, il m’a rappelé certaines priorités ! 🙂 Effectivement, je cherche souvent à relativiser sur ma situation quand je me plains, mais être enjoint à la remise en question par quelqu’un d’autre, c’est encore mieux !

    • Bonjour my dear,

      Je suis heureuse que cet article vous ait plu et surtout que vous en ayez tire quelque chose de positif. Les difficultés de la vie font que nous ayons tendance a voir, a ne voir que le verre a moitié vide. Pourtant il est également a moitié plein. Nous avons des contraintes dans la vie, mais nous avons aussi des acquis, nous avons aussi réalisé des choses, et souvent beaucoup plus que nous ne le pensons. Je crois que l’une de nos priorités doit être de ne pas perdre de vue ces acquis, ces achievements pour parler comme les anglophones car cela nous booste et nous permet de ne pas craquer devant ce qui ne marche pas comme nous le souhaitons. Bonne journée et a bientôt ici pour plus de tips et trucs pour améliorer notre vie.

      • Je suis tout à fait d’accord avec tout cela! Simplement, c’est bien plus difficile à appliquer dans des périodes de coups durs…mais l’essentiel c’est d’y parvenir le reste du temps! Bonne journée 🙂

      • Avec la volonté, presque tout est possible. Et je crois que tout se passe surtout dans notre tête. Nous programmons tout dans notre tête: notre bonheur, notre réussite, notre échec, etc. Des coups durs il y en a et il y en aura toujours. Si nous ne pouvons pas empêcher qu’ils existent, nous pouvons choisir l’attitude que nous allons avoir en face d’eux. Moi j’essaie de voir le verre a moitié plein, et je me dis surtout « ça aussi, ça passera. » Je me dis, le jour finit toujours par se lever aussi longue soit a nuit.

        Merci une fois de plus pour cette pertinente contribution et bonne journée!

      • Tiens, c’est drôle que vous parliez de l’attitude que l’on peut choisir d’adopter face à une situation, justement hier j’avais donné cette citation à mon cher et tendre qui a eu un gros coup dur : « You may not control all the events that happen to you, but you can decide not to be reduced by them. » (Maya Angelou) 🙂 Bonne journée à vous!

  2. Simplement fantastique cet article.
    J’appelerai ceci un grand lavage de cerveau pour ceux aui sont avares pour eux meme.
    Nous devons :
    1/ nous contenter ce que nous avons de bien,
    2/ envisager les solutions d’amelioration la ou cela est possible.
    3/ ne pas se prendre la tete sur les points dont on a pas la solution.
    Certaienement plein de gens doivent se reconnaitre dans cette situation et en tirer les lecons pour le futur……et faire de 2013 A GREAT YEAR, A YEAR OF GREATNESS

    Meilleures voeux par avance a toi et toute la famille

    • Salut Basile,

      Je suis heureuse que tu aies lu cet article, et surtout que tu voies les choses comme moi: nous devons prendre soin de nous quelques soient les « challenges » de la vie. Nous ne devons pas être avares avec nous-mêmes, ou encore trop durs avec nous-mêmes lorsque nous n’atteignons pas certains objectifs que nous nous sommes fixes, et surtout nous devons apprendre a lâcher prise lorsqu’il le faut, pour notre propre bien ainsi que ceux des autres. Il y a des situations, des choses que nous ne pouvons pas changer ou contrôler. Le savoir, le comprendre nous permet de l’accepter et de continuer notre bonhomme de chemin, plus serein, plus tranquille, débarrasse de nos bagages. Nous devons aussi apprendre a apprécier ce que nous avons, même si c’est seulement ce vêtement que nous avons sur nous, ou cette tasse de cafe que nous sommes entrain de boire, ou nos enfants. Parce que nous avons tous et toutes quelque chose a nous, et c’est même souvent plus que ce que nous ne le pensons, mais nous refusons de comptabiliser ces biens, de les reconnaitre, et ne nous concentrons que sur ce qui nous manque.

      Je te recommande la lecture de l’article suivant qui est tout aussi édifiant.

      http://www.marcandangel.com/2012/12/05/10-inspiring-quotes-for-uninspiring-times/#more-537

      Et, en attendant d’avoir ton feedback la-dessus, je te souhaite une excellente journée et surtout une très bonne et heureuse 2013. Année pendant laquelle je souhaite que tu prennes bien soin de toi, Basile.

      Celine

    • Salut, Jolivia,

      Je suis contente de savoir que cet article t’a été utile. Mon objectif lorsque j’écris ces articles c’est justement d’aider mes lecteurs, de les inspirer, motiver, encourager a choisir de vivre la vie qu’ils désirent et qu’ils méritent. Et, pour atteindre cet objectif important, il est nécessaire de voir la vie positivement. De voir le verre a moitié plein, pas a moitié vide. C’est une question d’attitude. Change ton attitude face a la vie et ta vie va changer.

      Bonne journée! Merci de m’avoir lue et merci pour vos prières pour moi!

Je serais heureuse de lire votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s