Il n’est jamais trop tard pour réaliser un rêve

Il y a un peu plus d’un an j’ai pris un virage de plus de 190 dégré dans ma vie. Plusieurs n’ont rien compris. Mais alors rien du tout! Certains m’ont traitée de folle à lier. D’autres, d’égoïste. D’autres encore d’aventurière. En tout, cas je reste une énigme pour la plupart. Pourquoi ces réactions à ma décision de retourner à l’école au moment où, comme le disaient alors ces personnes, je pouvais simplement m’asseoir et profiter pleinement de la vie maintenant que mes enfants sont grands et ont quitté le domicile familial?

Pourquoi choisir de souffrir alors que je pouvais simplement profiter de la vie pleinement maintenant avec ce que j’ai, nous avons pu bâtir jusqu’ici?

Oui, je pouvais bien faire cela. Passer mes journées chez moi dans mon sofa, un cointreau ou un césar à la main, à regarder la télévision et les films, ou avec d’autres amies femmes d’expatriés. Ou encore voyager pour dépenser l’argent que mon mari gagne, pour reprendre les termes de certaines de ces personnes.

Je n’ai rien fait de tout cela simplement parce que, avant d’être mère et épouse, je suis une femme, c’est-à-dire un être humain avec des rêves, des ambitions, des projets personnels. Des projets que j’ai toujours voulu réaliser, mais que j’ai simplement mis au réfrigérateur en attendant le moment opportun pour les réaliser.

Et je crois que nous avons tous des rêves, plus ou moins enfouis en nous. Des rêves que certains réalisent, et que d’autres, pour une raison ou une autre, ne réalisent pas. Renoncer à ses rêves parce que l’univers a conspiré contre nous en nous mettant des bâtons dans les roues est compréhensible quoique frustrant. Meme si nous savons que cet ne nous ferait pas cela parce que, comme le dit Paulo Coelho, lorsqu’on veut vraiment quelque chose, il se met en marche et en branle pour nous aider de tous les pores de son corps à obtenir l’objet de nos désirs.

Renoncer à son rêve à cause de ses peurs, de cette PEUR qui nous tétanise, nous paralyse et nous empêche de nous mouvoir, renoncer à nos rêves parce qu’on a choisi comme standard moins que la moyenne, renoncer à ses rêves, ses projets et ses ambitions parce qu’on se contente de peu et parfois de très peu, c’est ouvrir la porte au regret éternal. Et ça, je n’en veux pas!

J’ai la chance d’avoir eu des parents qui, quoique peu instruits, ont très tôt compris l’importance de l’éducation dans la vie d’une personne, et ont fait ce qu’ils pouvaient, avec ce qu’ils avaient, souvent presque rien, pour me donner l’éducation qui a contribué à faire de moi la jeune femme que je suis aujourd’hui.

J’ai eu le bonheur de rencontrer un homme merveilleux qui m’a donné le plus beau cadeau de ma vie: son amour! Un homme qui m’aime, pour qui je suis, ce qui a changé ma vie parce que, figurez-vous, aimer c’est accepter l’autre tel qu’il/elle est. Aimer c’est comprendre. C’est respecter. C’est soutenir. C’est accompagner. C’est aider l’autre, la personne aimée, à se réaliser, à se réveler. A vivre la vie qu’il désire et qu’il mérite. Aimer c’est croire en l’autre et le lui faire savoir. C’est lui donner des ailes pour voler, voler de ses propres ailes, le plus haut possible!

Seule, je ne serai jamais devenue celle que je suis devenue aujourd’hui. Celle que je veux devenir demain. Tout au long de ma vie, j’ai eu la chance de rencontrer des gens qui n’ont jamais doute de moi, et qui ont tout fait pour m’empêcher d’embrasser le doute qui souvent rôdait autour de moi. Des gens qui donné, et se sont donnés pour extraire de moi ce venin lorsqu’il réussissait tout de même à s’infiltrer en moi.

Tout au long de ma vie, mon chemin a croisé celui de personnes extraordinaires qui m’ont clairement et régulièrement fait comprendre que j’avais le droit d’être moi-même, le droit de vivre ma vie à moi, et surtout que j’avais le potentiel pour le faire. Tout en précisant qu’il fallait que je le souhaite, c’est-à-dire, que je remplisse ma part de contrat parce que, si on peut amener un âne à la rivière, on ne peut pas forcer celui-ci à boire de l’eau. Des mots qui ne sont pas tombés dans l’oreille d’une sourde. Non!

Dans quelques mois j’aurai fini ma formation et pourrai alors réaliser mon rêve d’enfance. Travailler dans cette passionante industrie que j’aime tant! Aider les gens à transformer des instants de leur vie en des souvenirs merveilleux et inoubliables. Vous l’avez compris: l’hôtellerie! Contribuer à répandre la lumière et la chaleur de l’hospitalité à travers le monde pour parler comme Conrad Hilton, le fondateur de la chaâne hôtelière planétaire et luxueuse Hilton.

Nous n’avons qu’une seule vie. Nous ne devons jamais oublier cette vérité terrible et vraie! La vivre à moitié? Non! A tous ceux et toutes celles qui ont des rêves et qui doutent, je vous recommande de les embrasser et d’oeuvrer pour que ceux-ci prennent corps. Ne pas les vivre alors que nous avons les moyens de le faire, pleinement, c’est c’est regrettable, surtout si on a le soutien et l’amour de nos êtres les plus chers. Et, croyez-moi, il n y a rien de pire que le regret!

Qu’en penses-tu? As-tu des regrets pour n’avoir pas fait ce que tu voulais tant faire? Vis-tu la vie que tu as toujours aimé vivre? Es-tu entrain de réaliser tes rêves? Quelque soit ta situation, je serais heureuse que tu partages avec nous pour inspirer, motiver, stimuler les autres à prendre les rênes de leur destin.

A ton bonheur!

Publicités

Je serais heureuse de lire votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s