Soyez le secrétaire de votre vie jusqu’au bout!

couronne-funeraire

Lorsque mon papa est décédé, il a fallu rédiger sa biographie, une tâche qui s’est révélée vraiment difficile à faire. Ni son épouse, ses frères et soeurs, encore moins nous, ses enfants, avions les éléments clés pour parler de cet homme au parcours et à la vie si riches! Pourtant il fallait le faire, et rapidement parce que le temps pressait.

Oui, il avait été marié à son épouse pendant 50 ans, a eu de nombreux enfants et petits enfants, laisse une veuve éplorée, des orphelins et petits enfants inconsolables. Mais, est-ce tout ce que nous pouvions retenir de la vie de cet homme? Enseignant, garde civique, gardien de prison, secrétaire administratif, écrivain public, habile conseiller, fin négociateur et médiateur, mon papa aura été tout cela et même plus, touchant de façon directe et indirecte la vie de plusieurs personnes que la vie a bien voulu mettre sur son chemin, et changeant du même coup le cours de la vie de plusieurs d’entre eux.

Rendre hommage au défunt, c’est partager sa vie, et pas seulement un ou deux éléments de cette vie, avec ceux et celles qui l’aiment et lui survivent, et ce, comme il aurait souhaité que cela soit fait. Comment s’assurer que ce que vous voulez qu’on dise de vous lorsque vous n’êtes plus de ce monde soit effectivement, entièrement, fidèlement dit?

Eh bien, en vous occupant de cette tâche vous-même, lorsque vous le pouvez encore!

Oui, certains vont trouver cela morbide et penser que parler de ce type de choses est une façon d’inviter la mort à frapper à notre porte. Un raisonnement que nous entendons trop souvent lorsque quelqu’un décide de préparer ses propres obsèques.

Parce que, oui, de plus en plus de personnes prennent le temps de penser à leur fin et la planifient. Et je ne parle pas seulement des célébrités. Je parle des hommes et des femmes qui veulent non seulement que leur volonté soit faite, mais qui veulent faciliter la tâche à ceux qu’ils aiment et qui restent.

Que font ces personnes exactement? Tenez:

  • Elles apprêtent les photos qui seront utilisées lors de leurs obsèques ou autres funérailles
  • Indiquent l’endroit où elles seront portées en terre
  • Elles construisent leur caveau
  • Apprêtent l’aire où leurs obsèques et les festivités qui s’ensuivent auront lieu (tous les dignitaires et chefs traditionnels de mon village camerounais le font)
  • Construisent, comme mon voisin dans mon village camerounais, la tribune où les dignitaires du village et du pays, ses amis et autres invités de marque s’installeront lors de leurs obsèques
  • Conçoivent leurs cercueils qui sont alors personnalisés, ou les prépayent
  • Achètent le vêtement avec lequel on les habillera ou la couverture dans laquelle on les emballera avant de les porter à leur dernière demeure
  • Choisissent la musique qui sera diffusée lors de leurs obsèques
  • Dessinent les différentes séquences de cette importante cérémonie
  • Choisissent même le Master of Ceremony qui officiera lors de leurs obsèques, etc.

 

Mais, très souvent, la biographie est oubliée dans cette planification. Pourtant elle est tout aussi importante!  Il convient donc d’y penser. Et, pourquoi ne pas prendre soin vous-même de votre biographie? Cela ferait beaucoup de bien à ceux qui restent car, quand la mort frappe, la dernière chose que l’on voudrait faire c’est réfléchir à quoi dire sur la vie du défunt. L’exercice est simplement difficile et les émotions n’aident pas beaucoup dans cette situation, surtout qu’il y a beaucoup d’autres choses à régler dans un temps très court.

Que voulez-vous dire au monde le jour de vos obsèques? Oui, vous?

Que voulez-vous qu’on retienne de votre passage sur cette terre?

Vous me direz, comme cet ami avec qui je discutais de cette même question à Boston il y a quelques années, que les gens se battent d’abord pour survivre parce que la vie est déjà très dure, pour penser à leurs obsèques. Ce que je comprends. Et respecte. Nous avons toujours le choix, je pense. Et, lorsque nous choisissons, nous devons assumer ces choix ainsi que les conséquences que ces derniers entraînent.

Et une dernière chose que je voudrais ajouter, si vous vivez à New York, désirez être enterré dans un cercueil en forme d’avion comme celui qui figure ci-bas, de livre ou de chaussure, coiffé comme Prince et habillé comme Elvis Presley, et surtout si vous souhaitez être enterré à Banock dans votre village camerounais, dites-le et surtout prenez les dispositions nécessaires pour que ceci soit fait. En effet, cela coûte beaucoup d’argent. Alors, laisser cette grande et coûteuse responsabilité à ceux qui restent sans les aider à l’assumer n’est pas raisonnable et, dans ce cas, la probabilité pour que votre volonté ne soit pas faite est de presque 100%, surtout si vos êtres chers ne roulent pas sur l’or! Si vous ne vous impliquez pas activement, vous risquerez de finir dans un petit trou ou une urne quelque part à New York parce que, les cimetières il faut aussi payer pour y rester. C’est la vérité que beaucoup n’aiment pas affronter!

cerceuil-en-avion-500x330

Si vous lisez ceci, et pensez que ce que je dis a un sens, prenez votre plume ou votre ordinateur et préparez cet important message! Ou demandez de l’aide pour le faire. Mais faites-le! Soyez le secrétaire de votre vie jusqu’au bout!

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Soyez le secrétaire de votre vie jusqu’au bout! »

  1. felicitations pour cet article.
    il n’est pas aise de parler de la mort.C’est une realite que presque tous les hommes redoutent et surtout, refusent d’y penser.Alors il pense au point de preparer ses obseques soi meme, il faut le faire.Felicitations parce qu’il s’agit d’une interpelation.En realite, nous devions penser a nos obseques, un tant soit peu, sauf si vous voulons etre enterres comme des chiens..

    • Salut, Michel! Et merci de me lire! Merci pour les felicitations aussi! J’ecris, en effet, pour interpeller. Bousculer. Pousser a reflechir et surtout a agir. Personne n;aime parer de la mort. C’est un sujet tabou. Mais, c’est pas parce qu’on refuse de penser a elle ou d’en parler pas que cette realite cesse d’etre realite. Elle est bien la. Elle nous cotoie. Frappe a notre porte au moment le moins attendu ou a la porte de nos etres chers. Nous vivons avec. Nous ferions donc mieux de la regarder bien en face, de surmonter la peur qui nous empeche de franchir ce pas et de l’accepter comme faisant partie du cycle de la vie. Et de la preparer.

Je serais heureuse de lire votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s