Il n’y a pas de recettes miracle pour construire des mariages sains et qui durent, mais des idées qui marchent: en voici quelques unes

Wedding Cake Fruits

Le nombre de couples qui se séparent augmente sans cesse et, de plus en plus de personnes choisissent de ne pas prononcer le fameux “Oui, j’accepte!” par peur de venir grossir ce nombre qui invite à réfléchir, et surtout parce qu’ils ne veulent pas vivre le calvaire qui est souvent le quotidien de ceux qui ont décidé de rompre leur union.

“Choisis bien ton/ta partenaire parce que si tu rates pour quelque raison que ce soit, cela te coûtera très cher émotionnellement, financièrement, parfois physiquement. Cela peut même te coûter ta vie!”

C’est le message que je partage aujourd’hui non seulement avec mes enfants qui sont adultes, mais aussi avec ceux et celles qui me demandent mon avis sur cette question. Les divorces ruinent financièrement, traumatisent émotionnellement et éternellement, brisent très souvent des vies, contribuent à former des personnes amères et souvent déprimées, et finissent souvent dans des drames. Vous le savez aussi bien que moi, n’est-ce pas?

Si vous envisagez de vous marier, c’est important de prendre le temps qu’il faut pour faire cet important exercice. Et n’hésitez pas à jeter l’éponge si vous observez des indicateurs rouges qui vous crient que la personne avec qui vous voulez unir votre vie n’est pas THE ONE! Nous disons toujours qui nous sommes par nos actes, paroles, body language. Même de façon inconsciente. Et, pour peu que nous voulions ouvrir les yeux et les oreilles, on les découvre.

Si vous êtes déjà marié, et voulez construire un couple sain et qui dure, voici 5 idées qui peuvent réellement aider. Ce n’est pas une recette magique mais une approche qui a fait ses preuves, du moins pour nous.

  1. Ayez des attentes claires et réalistes

Ayez des attentes et exprimez-les clairement! Votre partenaire n’est pas le bon Dieu pour deviner ce que vous attendez de lui ou d’elle. Oui, les rôles sociaux ont été définis et certains s’attendent à ce que ceux-ci continuent intacts même si nous sommes au XXIème siècle, un siècle où les femmes ne sont plus confinées à la cuisine et à la vie privée de leur domicile, mais un siècle ou elles occupent des espaces publics et dirigent des pays entiers.

Qui fait quoi, quand, avec quoi? Qu’est-ce que j’attends de mon/ma partenaire? Définissez et communiquez clairement. Froidement. Et ces attentes doivent être réalistes. Si vous voulez que votre partenaire vous donne la lune, vous serez déçu parce que la lune est hors de portée! Si vous voulez retrouver votre partenaire à la maison tous les jours que Dieu a crées à 17 heures, vous serez déçu. Si vous voulez que votre partenaire soit responsable de votre bonheur, vous serez déçu parce que chacun trouve son bonheur lui-même car celui-ci vient de l’intérieur et pas des choses ou des personnes extérieures. Il ne s’agit donc pas de rabaisser ses attentes mais de les fixer clairement, et surtout de fixer celles que votre partenaire va atteindre.

  1. Communiquez, communiquez, communiquez

L’un des facteurs à l’origine de tant de divorces c’est l’absence de communication effective entre les partenaires qui y sont impliqués. Vous n’êtes pas content d’un acte que votre partenaire a posé –par exemple, il prend des décisions même les plus importantes sans vous impliquer, vous met toujours devant les faits accomplis-; vous n’aimez pas cette habitude de toujours aller passer vos vacances au même endroit avec des gens qui vous énervent et vous tolèrent juste; vous n’aimez pas qu’il vous réveille toujours à 2 heures du matin pour vous demander de faire l’amour alors que vous venez de vous coucher après une rude journée de travail prolongée par les courses au supermarché et la préparation du dîner, des autres travaux domestiques ainsi que de la journée des enfants le lendemain? Parlez-en parce que, si vous ne le faites pas, la cocotte va exploser tôt ou tard et ce sera trop tard pour sauver les meubles!

  1. Préparez-vous avant et sachez qu’il n y a pas de honte à demander de l’aide lorsque vous en avez besoin

Il y aura des moments difficiles dans votre couple, comme dans tous les couples d’ailleurs. Des moments où vous allez douter, questionner, envisager même la séparation. Aucun mariage n’est parfait et tous ont leurs hauts et leurs bas. La différence? Pendant que certains jettent l’éponge dès le premier obstacle parce qu’ils accusent leur partenaire d’être la cause des difficultés du couple, d’autres essaient de prendre soin de leur couple, et ne reculent devant aucun moyen sain -oui, sain- de le faire. Là où il y a des structures pour préparer les futurs mariés avant qu’ils ne s’embarquent dans cette aventure, ou encore pour aider ceux qui sont déjà mariés à mieux prendre soin de leur couple, c’est une bonne chose d’utiliser les services de ces structures.

  1. Signez un contrat prénuptial avant de vous engager

 De plus en plus de célébrités signent des contrats prénuptiaux avant de se marier, ce que certains condamnent parce qu’ils trouvent cela scandaleux, égoïste, et susceptible de préparer le terrain pour le divorce. Mon avis? Totalement différent. En effet, ce document, qui ne doit pas seulement être adopte par les célébrités, faciliterait les choses en cas de divorce et permettrait d’éviter des drames. Il découragerait également tous les chasseurs/chasseuses de fortune.

  1. Mettez un soin particulier à être le meilleur partenaire et la meilleure personne qui soit

Ne demandez pas à votre partenaire ce que vous ne pouvez pas offrir. Vous voulez le changement, changez d’abord vous-mêmes car ce que l’on prend souvent pour la cause de nos problèmes ne vient pas toujours de l’extérieur. Dans plusieurs cas, nous sommes le problème mais refusons de le reconnaître et de faire les efforts nécessaires pour améliorer notre couple. Nul n’est parfait. Alors, place au questionnement. Prenez soin de vous physiquement, émotionnellement et spirituellement. N’hésitez pas à vous regarder dans le miroir régulièrement. Acceptez les feedbacks constructeurs sans vous sentir offensé, et faites votre part. Un mariage c’est un projet qu’on implémente toute sa vie, et on ne ménage pas ses efforts pour le redéfinir, réorienter, modifier, améliorer.

Ton tour…

 

Il n y a pas de recettes miracle et passe-partout pour tout le monde puisque chaque mariage est un cas unique. Et, cette liste n’est pas non plus exhaustive. Quelles recettes appliques-tu pour que la flamme ne s’éteigne jamais dans ton couple? Je serais ravie de les connaitre pour enrichir cette liste!

Quatre tips pour survivre à l’adversité lorsqu’elle provient de la famille

Image      -La famille? Je n’en ai rien à cirer.

        -Comment ça tu n’en as rien à cirer?

        -Tu m‘as bien compris, chère amie.

        -J’avoue que non, malheureusement.

        -J’ai décidé de faire sans.

-Ah bon?

-Oui. Et, crois-moi, depuis que j’ai décidé de vivre sans elle, je me sens extraordinairement bien. Je me suis retrouvé. Et, surtout, j’ai retrouvé la joie de vivre.

–Je vois. Et, comment tu as fait?

-Cette décision n’a pas été facile à prendre parce que nous sommes socialisés pour tout accepter de la famille, même l’inacceptable. Pour accepter et supporter des choses absolument innacceptables des gens qui croient que, parce que le hasard a fait que vous soyiez des frères, croient qu’ils ont le droit de vous mépriser, humillier, exploiter, de vous dicter ce que vous devez faire de votre vie, quelle route vous devez emprunter. Ma décision n’a pas été facile à prendre mais je l’ai finalement prise et je m’en félicite car ma vie en dépendait. J’étais devenu otage d’un groupe de personnes qui étaient décidées à me faire payer le prix de ma réussite. Bien évidemment j’ai été maudit, traité de tous les noms d’oiseaux rares, menacé même de mort, ce qui, heureusement, n’a absolument aucun effet sur moi car j’ai décidé depuis longtemps que c’est ce que je pense de moi qui est important. Que mes priorités doivent passer désormais avant toute autre chose. Que j’ai le droit de vivre moi aussi, de disposer de ma persone, de mes biens, du fruit de mon dur labeur comme bon me semble. Que j’ai le droit de suivre mon propre chemin, celui que j’ai moi-même tracé. Que j’ai le droit d’être different.”.

Cette conversation je l’ai eue il y a quelques jours avec un de mes amis africains qui a coupé les ponts avec sa famille depuis plus de vingt ans, et qui vit aux Etats Unis avec son épouse et ses deux enfants.

 Ce genre de discours nous ne l’entendons pas très souvent, pourtant plus d’un, du moins parmi nous, africains, le ruminent quotidiennement et rêvent de dire “trop c’est trop”, comme mon ami, et de prendre enfin les rênes de leur destin, confisqués par la famille.

 En Afrique nous sommes tous socialisés pour rentrer dans un moule, suivre le chemin tracé par d’autres, penser ce que les autres nous disent, regarder dans la direction que les autres nous indiquent, disparaître derrière le groupe, tout puissant. Servir le groupe, la famille, le clan, assurer sa perpétuation même si cela nous coûte notre vie personnelle. Refuser cette dictature sociale et choisir d’exister par soi-même, de vivre en tant qu’individu ayant des droits que l’on entend faire respecter, c’est choisir l’exclusion, le bannissement, les insultes, l’isolement, des blessures  emotionnelles difficiles à guérir parce que plus douloureuses et destructrices que celles physiques, surtout lorsqu’elles viennent de la famille.

 Pourtant, la famille devrait être un havre de paix où l’on se réfugie lorsque tout va mal, lorsque ça va mal dehors. La famille devrait être un groupe formé de personnes qui s’aiment, se soutiennent, s’entraident. Hélas! elle ne l’est pas. Au lieu de construire, d’aider ses membres à se déveloper, à devenir de meilleures personnes, plusieurs familles les détruisent plutôt. Sont de véritables freins au dévelopment de leurs membres.  Que faire dans cette situation:

  •  Faire comme mon ami, c’est-à-dire rompre et vivre enfin sa vie?
  • Subir sans rechigner au nom de la sacro sainte famille?
  •  Ou alors tenter de faire changer cet état de choses?

 Je ne vous dirai pas quel choix faire parce que je crois que, comme le dit Stephen R. Covey, si nous ne pouvons pas contrôler ce qui nous arrive, ce que les autres font, nous pouvons par contre choisir les réponses que nous allons apporter à ces choses que les autres font. Chacun de nous est responsable, c’est-à-dire, capable d’apporter une réponse aux choses de la vie qui nous arrivent. Nous en avons les moyens, comme le souligne si bien Dr. Seuss:

 “You have brains in your head. You have feet in your shoes. You can steer yourself any direction you choose. You’re on your own. And you know what you know. And YOU are the one who’ll decide where to go…”
 Oh, the Places You’ll Go!

 En ce qui me concerne, même si je pense que la famille est importante, je n’hésiterais pas à lâcher prise si celle-ci risquait de me coûter mes chances de survie et de développement. On ne choisit pas la famille dans laquelle on naît. On ne choisit pas ses frères et soeurs. Mais on peut choisir de ne pas être otage de sa famille, otage de ses frères et soeurs. Comment, vous demanderez-vous?

  1. Ayez des principes, fermes, vos propres principes, lesquels vont guider votre vie, et tenez-vous en à ces principes. Ne les oubliez pas et surtout faites-les connaître.
  2. Faites clairement savoir à votre entourage, aux membres de votre famille, ce que vous accepterez et ce que vous ne saurez tolérer. Laisser les gens vous mépriser, maltraiter, exploiter, vous manquer de respect, avoir un comportement inacceptable envers vous juste parce que vous faites partie d’une même famille c’est les former à vous mépriser, maltraiter. Un proverbe de chez moi dit que c’est la patate douce qui avait accepté qu’on la mange crue. Ne soyez pas cette patate douce. Faites comme le macabo qui démange à mourir toute personne qui tente de le manger cru.
  3. N’acceptez pas de passer une seule minute avec des gens qui vous blessent sans cesse, vous méprisent, vous humilient, vous briment, ne vous respectent pas, vous prennent pour une vache à lait, un acquis, vous empêchent de vous déveloper par leurs actes, leur comportement. Des gens qui ne sont pas contents de vous avoir, même si ce sont des membres de votre famille. Chacun de nous n’a qu’une seule vie, et ce serait vaiment dommage de la gâcher en ouvrant les portes de votre vie aux gens qui n’en valent pas la peine.
  4. Souvenez-vous que vous avez un bien précieux: VOUS. Et que vous devez en prendre soin. Vous ne devez en aucun cas le sacrifier, et ceux qui ne vous aident pas à en prendre soin ne méritent pas votre compagnie, votre attention, votre temps.

 Comme tu le vois, cette liste n’est pas exhaustive. Ce serait intéressant que tu nous aides à la construire avec tes tips et trucs qui t’aident à survivre à l’adversité, surtout  lorsque celle-ci vient de ta famille.

 A ton Bonheur!

 Céline Magnéché Ndé Sika