Le temps passé avec notre famille est le meilleur des cadeaux que nous pouvons lui donner

le temps passe avec la famille

La Saint Valentin est passée.

Bientôt d’autres fêtes vont se pointer et nous allons nous battre pour offrir des cadeaux à nos partenaires, nos enfants, nos parents, etc. Parce que nous les aimons et voulons leur prouver notre amour. Ceux et celles d’entre nous qui ne sont pas souvent avec leurs familles pour une raison ou une autre se sentent coupables et saisissent ces occasions pour tenter de se racheter. Ils vous diront aussi que mettre de la nourriture sur la table, mettre un toit au-dessus de la tête de leurs familles, payer les frais de scolarité et d’hôpital de leurs êtres bien-aimés c’est déjà une belle et solide preuve d’amour.

Parfait!

Et le temps passé avec eux? Mes enfants préféraient et préfèrent encore que nous regardions un match de foot ou de tennis, ou encore un film ensemble, ou que nous voyageons ensemble, à tous les cadeaux personnels que nous pouvons leur donner. Ou la vie dans un palais où ils ne nous verraient pas parce que nous sommes entrain de nous battre pour pouvoir payer le loyer.

Quelqu’un disait, et je suis d’accord avec cette personne: “Construisez des souvenirs, pas des maisons, car c’est cela que vos enfants et vos êtres bien-aimés garderont, chériront et partageront à leur tour avec les-leurs.

Je ne dis pas que vous ne devez pas construire des maisons. Je dis que vous ne devez pas le faire au point d’oublier ou de sacrifier l’essentiel!

A votre Bonheur!

Publicités

La Saint Valentin c’est tous les jours!

i-love-you

 

Hier c’était la fête des amoureux.

La Saint Valentin.

J’ai vu des gens acheter les sempiternels cadeaux que tout le monde achète à cette occasion sans chercher la moindre originalité -des fleurs, des roses rouges essentiellement, du chocolat, une carte postale- pour leur tendre moitié. Certains ont raconté à qui voulaient les écouter qu’ils allaient emmener leur partenaire dînner dans un restaurant chic et cher, et pourquoi pas passer la nuit dans un hôtel 5 étoiles pour célébrer leur love story et faire le point sur le chemin parcouru.

Parfait!

Ceux qui, comme nous autres, ont passé cette journée à vaquer de façon naturelle à nos multiples occupations sans arrêter de respirer parce qu’on attendait des cadeaux, sommes traités de old fashion. Une journée terrible, je dis, parce qu’elle voit très souvent plusieurs couples se disloquer et aller par dessus-bord parce que:

– l’homme (il s’agit toujours de l’homme je ne sais ni pourquoi ni qui a décrété que c’est le pauvre qui doit toujours offrir des cadeaux à cette occasion) a oublié que c’était le jour tant attendu, a fait le malin (en effet, stressés et acculés, certains se mettent en mission réelle ou imaginaire, ou font des promesses qu’ils n’honnorent pas, type, je dinnerai avec toi, pour décommander à la dernière minute pour des vraies-fausses raisons)

– le cadeau reçu n’est pas à la hauteur des attentes –elle attendait cette bague sertie de diamants, cette paire de chaussures Louboutin, ce sac à main Chanel, ou cette Range Rover dernier modèle, et n’a rien reçu de tout cela, ou tout au plus un cheap truc bling bling des chinois-.

Je n’attends pas le 14 Février de chaque année pour exprimer mon amour à mon mari –oui, les femmes aussi doivent faire cela, et tout le temps, pas seulement à la saint Valentin-. Je n’attends pas cette journée de l’année parce que, pour moi, chaque jour c’est la Saint Valentin. Mon mari n’attend pas le 14 Fevrier de chaque année non plus pour m’exprimer son amour parce que pour lui aussi, chaque jour c’est la Saint Valentin. Et il s’agit d’exprimer son amour à son/sa partenaire, pas de le prouver –c’est deux choses totalement différentes-, et on peut le faire sans se ruiner, et avec le même, sinon, une plus haute signification. Un frère africain, exaspéré par la tyrannie de son épouse qui menaçait de le quitter s’il ne  lui offrait pas ce voyage en Occident comme cadeau de la Saint Valentin, disait que 1) mettre un toit au-dessus de la tête de sa femme et sa petite famille, 2) faire bouillir la marmite tous les jours que l’on ait un boulot stable ou pas, 3) payer la scolarité de ses enfants et des enfants de la famille de sa partenaire –beaucoup d’Africains le font, il est honnête et juste de le dire et de leur tirer un grand coup de chapeau pour cela, surtout dans un monde où plusieurs n’arrivent même plus à s’occuper de leurs propres enfants -,  4) être là lorsque notre partenaire a besoin de nous –en ces temps curieux où personne n’a plus le temps de personne et où tout le monde passe le clair de son temps le nez et tous les autres sens fourrés dans leurs téléphones portables ou dans leurs ordinateurs, ce geste-là compte-, et 5) payer ses frais d’hôpital, est l’expression suprême de son amour pour sa partenaire et leurs trois enfants.

Et puis, à quoi sert d’offrir ces cadeaux à sa partenaire le 14 Février et l’oublier, l’humillier, la frapper, la mépriser, lui manquer de respect, l’affamer ou la priver d’autres choses les autres 364 jours de l’année? Parce que c’est ce qui se passe dans bien de couples après le 14 Février!

L’amour, le vrai, n’attend pas de contrepartie. L’amour, true love, n’a pas de conditions. Ce type d’amour ne connaît pas d’ultimatums, genre, “Si tu ne me donnes pas ceci… Tu as intérêt à me donner cela… Cest tout ce que tu me donnes pour la Saint Valentin alors que toutes mes copines ont reçu…”

Le vrai amour n’a pas besoin de tout cela et, croyez-moi, il vit, s’épanouit, propère et perdure. Et est entretenu aussi bien par l’homme que la femme. Il faut deux personnes pour danser le Tango, comme quelqu’un l’avait si bien dit.

 

A votre Bonheur, et pour que chaque jour soit la Saint Valentin!

 

 

 

 

Nous n’avons pas besoin de consommer pour être heureux ou prouver à ceux que nous aimons notre amour

Plus d’un mois déjà que les fêtes de fin et début d’année sont passées. A cette occasion nous avons dépensé des sommes absolument incroyables pour acheter et offrir des cadeaux à nous-mêmes, nos collègues, nos amis. Des cadeaux qui, très souvent, se révèlent inutiles parce que les bénéficiaires ont déjà tout ou presque, en tout cas plus qu’il n’en faut pour eux. Ou carrément obsolètes quelques jours après les fêtes comme dans le cas des gadgets électroniques qu’il faut update tous les trois mois, par exemple. Ces cadeaux que nous avons acquis en dépensant des sommes folles, et que les bénéficiaires acceptent souvent pas pure courtoisie, finissent donc très souvent à la poubelle -et plus tard dans notre environnement que nous contribuons allègrement à détruire-, ou dans nos salles de débarras où ils y resteront des années, couverts de poussières ou rongés par l’humidité ou des rats et autres cafards.

Nous vivons dans une société où tout est parfaitement et soigneusement orchestré pour nous pousser à consommer et à toujours consommer, même lorsque nos besoins sont satisfaits, largement satisfaits. Parce qu’il faut vendre, se faire de l’argent. Parce que l’économie doit tourner même si c’est aux dépends des consommateurs et de la nature. Un des arguments utilisés avec succès par les média et la publicité pour convaincre les plus sceptiques à rejoindre les rangs de ceux et celles qui achètent des choses dont eux-mêmes ou d’autres bénéficiaires n’ont pas besoin, avec l’argent qu’ils n’ont pas parfois, c’est que notre bonheur est associé à la consommation.

« Offrez-vous telle chose et vous serez heureux.» « Vous voulez gagner le cœur de votre dulcinée ? Offrez-lui tel cadeau et elle sera à vous éternellement ! »

« Voulez-vous avoir des enfants heureux, une épouse ou un époux heureux ? Offrez-leur le dernier gadget à la mode, le véhicule dernier cri ! ».

Et nous nous laissons prendre à ce piège grossier que notre naïveté ne nous permet pas de déceler et d’éviter. Pourtant, la réalité est bien autre : le bonheur n’est pas un don. Acquérir des objets ou du matériel ne vous rendra pas heureux, ou alors vous penserez l’être pendant un moment mais une fois l’euphorie de l’achat passée, vous reviendrez à la case départ qui s’appelle insatisfaction. Pourquoi ? Parce que le bonheur n’est pas ailleurs pour être poursuivi : il est en vous. C’est un état d’esprit. C’est un choix que nous pouvons faire et une expérience que nous pouvons parfaitement vivre, au quotidien, sans avoir besoin de béquilles comme ces cadeaux que nous nous ruinons pour acquérir. Notre bonheur dépend de la qualité de nos pensées comme disait si bien Marc Aurel. Il ne dépend ni des autres, ni des objets que nous recevons ou pourrons recevoir ou acquérir. Nous n’avons pas besoin de consommer pour être heureux.

En effet, ne croyez pas que vous rendrez les autres heureux en les noyant de cadeaux, parce qu’il n’y a pas de relation de cause à effet entre le cadeau et le bonheur. Combien d’épouses ou d’époux baignant dans le luxe absolu sont tristes et malheureux ? Combien d’enfants gâtés par leurs parents sont désespérément seuls, tristes, fâchés, malades de solitude parce que coupés justement du monde extérieur par les cadeaux reçus ? Combien d’épouses/d’époux interrompent leur relation alors qu’ils/elles avaient une vie de roi ou de reine ? Combien d’enfants fuguent, ratent leur vie alors qu’ils avaient tout pour réussir ? Le bonheur ne coûte pas cher. Il ne devrait pas coûter cher. C’est un bien que l’on possède déjà en nous et dont nous devons tout simplement reconnaître l’existence, apprécier, cultiver et arroser comme une plante pour qu’il vive.

Pour montrer à nos êtres les plus chers combien nous les aimons, nous n’avons pas besoin de nous ruiner et de ruiner notre environnement. Un gâteau que nous avons préparé nous-mêmes, un beau poème que nous avons écrit pour eux, un beau bouquet de fleurs ou une rose que nous remettons à notre chère moitié à la sortie de son travail, une belle blague de temps en temps, une partie de ping pong avec notre fils ou notre fille ou encore ce match de football de son équipe préférée auquel nous assistons avec lui/elle, un album photos avec toutes les photos de son enfance commentées par des parents, des amis, jusqu’au moment où vous lui offrez ce cadeau original, une réelle implication dans la vie scolaire –choix de l’établissement scolaire et paie de la pension scolaire mais aussi participation aux réunions des parents des élèves, réunions et rencontres avec les maîtres/professeurs de tes enfants pour discuter avec ces derniers de l’éducation de vos enfants, des difficultés qu’ils pourraient avoir et de l’aide que vous pourrez apporter aussi bien aux maîtres qu’a vos enfants à la maison, etc.- et personnelle de vos enfants –parce que tout ne se réduit pas aux études de vos enfants : ces derniers ont une vie personnelle qui n’est pas souvent facile à gérer-, dans la vie à la maison –participation aux tâches domestiques, soins aux enfants, etc.-, ces cadeaux inoubliables ne coûtent pas chers. Et ne nuisent à personne. Au contraire : ils sont la preuve que vous les aimez vraiment.

Les fêtes ne manquent pas. Bientôt c’est la Saint Valentin. Vous êtes probablement déjà entrain de penser au cadeau que vous offrirez à votre partenaire. Il serait intéressant de repenser le type de cadeaux que vous offrez aux vôtres. Et surtout de repenser l’objectif que vous voulez atteindre en offrant un cadeau. Je suis sûre que, cet exercice fait, vous trouverez le cadeau qu’il faut pour les vôtres, pour atteindre l’objectif que vous vous serez fixé, lequel ne sera plus de les rendre heureux. N’oubliez pas de partager vos idées de cadeaux avec nous, ici. Et n’oubliez pas non plus que less is beautiful.

Céline SIKA