Il n’y a pas de recettes miracle pour construire des mariages sains et qui durent, mais des idées qui marchent: en voici quelques unes

Wedding Cake Fruits

Le nombre de couples qui se séparent augmente sans cesse et, de plus en plus de personnes choisissent de ne pas prononcer le fameux “Oui, j’accepte!” par peur de venir grossir ce nombre qui invite à réfléchir, et surtout parce qu’ils ne veulent pas vivre le calvaire qui est souvent le quotidien de ceux qui ont décidé de rompre leur union.

“Choisis bien ton/ta partenaire parce que si tu rates pour quelque raison que ce soit, cela te coûtera très cher émotionnellement, financièrement, parfois physiquement. Cela peut même te coûter ta vie!”

C’est le message que je partage aujourd’hui non seulement avec mes enfants qui sont adultes, mais aussi avec ceux et celles qui me demandent mon avis sur cette question. Les divorces ruinent financièrement, traumatisent émotionnellement et éternellement, brisent très souvent des vies, contribuent à former des personnes amères et souvent déprimées, et finissent souvent dans des drames. Vous le savez aussi bien que moi, n’est-ce pas?

Si vous envisagez de vous marier, c’est important de prendre le temps qu’il faut pour faire cet important exercice. Et n’hésitez pas à jeter l’éponge si vous observez des indicateurs rouges qui vous crient que la personne avec qui vous voulez unir votre vie n’est pas THE ONE! Nous disons toujours qui nous sommes par nos actes, paroles, body language. Même de façon inconsciente. Et, pour peu que nous voulions ouvrir les yeux et les oreilles, on les découvre.

Si vous êtes déjà marié, et voulez construire un couple sain et qui dure, voici 5 idées qui peuvent réellement aider. Ce n’est pas une recette magique mais une approche qui a fait ses preuves, du moins pour nous.

  1. Ayez des attentes claires et réalistes

Ayez des attentes et exprimez-les clairement! Votre partenaire n’est pas le bon Dieu pour deviner ce que vous attendez de lui ou d’elle. Oui, les rôles sociaux ont été définis et certains s’attendent à ce que ceux-ci continuent intacts même si nous sommes au XXIème siècle, un siècle où les femmes ne sont plus confinées à la cuisine et à la vie privée de leur domicile, mais un siècle ou elles occupent des espaces publics et dirigent des pays entiers.

Qui fait quoi, quand, avec quoi? Qu’est-ce que j’attends de mon/ma partenaire? Définissez et communiquez clairement. Froidement. Et ces attentes doivent être réalistes. Si vous voulez que votre partenaire vous donne la lune, vous serez déçu parce que la lune est hors de portée! Si vous voulez retrouver votre partenaire à la maison tous les jours que Dieu a crées à 17 heures, vous serez déçu. Si vous voulez que votre partenaire soit responsable de votre bonheur, vous serez déçu parce que chacun trouve son bonheur lui-même car celui-ci vient de l’intérieur et pas des choses ou des personnes extérieures. Il ne s’agit donc pas de rabaisser ses attentes mais de les fixer clairement, et surtout de fixer celles que votre partenaire va atteindre.

  1. Communiquez, communiquez, communiquez

L’un des facteurs à l’origine de tant de divorces c’est l’absence de communication effective entre les partenaires qui y sont impliqués. Vous n’êtes pas content d’un acte que votre partenaire a posé –par exemple, il prend des décisions même les plus importantes sans vous impliquer, vous met toujours devant les faits accomplis-; vous n’aimez pas cette habitude de toujours aller passer vos vacances au même endroit avec des gens qui vous énervent et vous tolèrent juste; vous n’aimez pas qu’il vous réveille toujours à 2 heures du matin pour vous demander de faire l’amour alors que vous venez de vous coucher après une rude journée de travail prolongée par les courses au supermarché et la préparation du dîner, des autres travaux domestiques ainsi que de la journée des enfants le lendemain? Parlez-en parce que, si vous ne le faites pas, la cocotte va exploser tôt ou tard et ce sera trop tard pour sauver les meubles!

  1. Préparez-vous avant et sachez qu’il n y a pas de honte à demander de l’aide lorsque vous en avez besoin

Il y aura des moments difficiles dans votre couple, comme dans tous les couples d’ailleurs. Des moments où vous allez douter, questionner, envisager même la séparation. Aucun mariage n’est parfait et tous ont leurs hauts et leurs bas. La différence? Pendant que certains jettent l’éponge dès le premier obstacle parce qu’ils accusent leur partenaire d’être la cause des difficultés du couple, d’autres essaient de prendre soin de leur couple, et ne reculent devant aucun moyen sain -oui, sain- de le faire. Là où il y a des structures pour préparer les futurs mariés avant qu’ils ne s’embarquent dans cette aventure, ou encore pour aider ceux qui sont déjà mariés à mieux prendre soin de leur couple, c’est une bonne chose d’utiliser les services de ces structures.

  1. Signez un contrat prénuptial avant de vous engager

 De plus en plus de célébrités signent des contrats prénuptiaux avant de se marier, ce que certains condamnent parce qu’ils trouvent cela scandaleux, égoïste, et susceptible de préparer le terrain pour le divorce. Mon avis? Totalement différent. En effet, ce document, qui ne doit pas seulement être adopte par les célébrités, faciliterait les choses en cas de divorce et permettrait d’éviter des drames. Il découragerait également tous les chasseurs/chasseuses de fortune.

  1. Mettez un soin particulier à être le meilleur partenaire et la meilleure personne qui soit

Ne demandez pas à votre partenaire ce que vous ne pouvez pas offrir. Vous voulez le changement, changez d’abord vous-mêmes car ce que l’on prend souvent pour la cause de nos problèmes ne vient pas toujours de l’extérieur. Dans plusieurs cas, nous sommes le problème mais refusons de le reconnaître et de faire les efforts nécessaires pour améliorer notre couple. Nul n’est parfait. Alors, place au questionnement. Prenez soin de vous physiquement, émotionnellement et spirituellement. N’hésitez pas à vous regarder dans le miroir régulièrement. Acceptez les feedbacks constructeurs sans vous sentir offensé, et faites votre part. Un mariage c’est un projet qu’on implémente toute sa vie, et on ne ménage pas ses efforts pour le redéfinir, réorienter, modifier, améliorer.

Ton tour…

 

Il n y a pas de recettes miracle et passe-partout pour tout le monde puisque chaque mariage est un cas unique. Et, cette liste n’est pas non plus exhaustive. Quelles recettes appliques-tu pour que la flamme ne s’éteigne jamais dans ton couple? Je serais ravie de les connaitre pour enrichir cette liste!

Publicités

Ne laissez pas le passé vous emmerder

Le passe

J’ai toujours pensé que lorsque des gens se rencontrent et décident de cheminer ensemble le restant de leur vie, ils sont sincères et, en principe, sont engagés à tout faire et tout donner pour que cette union vive et s’épanouisse pour le bien des principaux concernés et des enfants qui pourraient en naître. Pour le bien de la communauté également car, lorsqu’un couple s’entredéchire, ce n’est pas seulement ce couple qui en souffre, mais également les gens qui leur sont chers, leurs familles, leurs enfants s’ils en ont, la communauté qui doit gérer les conséquences du traumatisme dont les enfants sont victimes dans ce cas, et même souvent les parents qui se séparent parce que, il faut le dire, aucun divorce ne laisse intactes les personnes concernées.

Les raisons pour lesquelles les gens qui se sont aimés et juré amour éternel se séparent sont multiples. Et souvent, surprenantes.

Enormément de couples se désintègrent parce que ceux qui le constituent sont incapables d’oublier, de tirer un trait sur le passé et vivre le présent, leur présent, se concentrer sur l’incident présent.

“Oui, je savais que je ne pouvais pas compter sur toi parce que tu as toujours fait cela. Tu es toujours comme cela. Tu t’es toujours comporté comme cela. L’autre jour tu as fait ci… La semaine dernière tu as fais ça… L’année dernière tu as fais cela… En 1990 tu as fais cet autre truc…”

Personne n’aime qu’on lui répète à longueur de journée, de semaines, de mois, d’années, tout le temps, ses manquements. Personne! Parce que, souvent, nous en sommes conscients, en avons honte, et avons même demandé pardon pour ces choses que nous avons faites et qui ne nous honorent pas:

“J’ai eu un comportement ou dit des choses qui t’ont heurté. Je sais que ce comportement t’a heurté. Je sais que ces mots que j’ai prononcés t’ont blessé. J’aurais dû mieux faire. Je sais que j’aurais dû mieux faire. J’en suis sincèrement désolé. Je te promets que cela n’arrivera plus.”

C’est-à-dire, donne-moi une chance de te prouver que j’ai appris de cela et que je veux mieux faire à l’avenir. Alors, pourquoi restons-nous obstinément tournés vers le passé lorsque les choses vont mal? Il est évident que, dans chaque relation, le train va dérailler de temps en temps et nécessiter que l’on fasse appel à certaines compétences personnelles pour le remettre à nouveau sur les rails. La capacité à pardonner et demander des excuses sont deux de ces compétences extrêmement importantes.

Alors, lorsque les choses tournent au vinaigre, n’ouvrez pas les portes du passé si ce n’est pour construire un présent merveilleux et un futur époustouflant!

Ne laissez pas le passé vous emmerder ou s’installer entre vous. Et, surtout, condamnez l’acte, pas votre partenaire, parce que vous êtes une équipe qui a besoin de toutes ses ressources pour résoudre le problème qui s’est posé, et pas pour se battre l’un contre l’autre!

 

Ton tour…

Il n y a pas de relation solide, saine, épanouissante et qui dure si l’on ne peut pas demander pardon et présenter des excuses. Qu’est-ce que tu en penses?

 

 

 

J’avais dit oui, et j’étais sincère

oui
L’un des moments les plus importants lors de la célébration du mariage c’est lorsque les personnes qui se marient doivent déclarer, devant l’officier et les participants, qu’ils s’engagent dans cette union pour le meilleur et pour le pire. Lorsque nous le disons, est-ce que nous comprenons vraiment ce que nous disons? Est-ce que nous comprenons le sens de cette phrase? Sommes-nous vraiment prêts et capables de rester ensemble quelque soit ce qui se passe?

Ce que nous voyons autour de nous tous les jours amène à dire non!

Pour le meilleur et pour le pire? Non! Pour le meilleur seulement parce qu’il est facile de rester avec quelqu’un lorsque cette personne vous promène dans sa limousine et que vous profitez des avantages liés à cette limousine ou au statut de cette personne. Mais, combien de personnes sont prêtes à marcher à pied avec l’autre lorsque la limousine est en panne? Combien de personnes sont prêtes à rester lorsque notre partenaire perd son boulot, tombe malade et ne peut plus assurer, se retrouve en prison pour une raison ou une autre?

Très peu!

Monsieur est en prison? Je m’en vais recommencer ma vie ailleurs.

Monsieur ou madame est victime d’Accident Vasculaire Cérébral (AVC)?  Je le ramène dans sa famille et m’en vais recommencer ma vie ailleurs.

Tu perds ton boulot? Eh bien, je m’en vais vivre avec celui ou celle qui en a un.

Voilà ce qui se passe. A quelques exceptions près.

Lorsque mon père a été victime d’un AVC qui l’a rendu végétatif, ma mère n’a pas trahi. Pendant sept années elle était là, a fait tout, enduré tout, refusé de prendre du repos ou de permettre à quelqu’un d’autre de la seconder auprès de son mari malade, au risque de mettre sa santé en danger.

« J’avais dit oui, et j’étais sincère! » Voilà la réponse qu’elle a donnée lors des obsèques de notre papa pour expliquer cette fidélité à son défunt mari.

Aujourd’hui on se marie vite et se sépare vite, parfois avant même que l’encre utilisé pour signer l’acte de mariage n’ait séché. Parce qu’on est impatient, intolérant, arbore un ego surdimensionné, ignore ce que le mariage veut dire, parce que l’on s’est marié pour de mauvaises raisons, etc.

Cela fait trente ans que nous nous sommes dit oui. Pour nous car personne ne devrait dire oui à l’autre par contrainte, pour faire comme les autres, pour plaire aux autres, pour se venger, pour impressionner qui que ce soit, pour recevoir les allocations familiales, pour fuir la pauvreté, avoir les papiers et pouvoir enfin émigrer, parce que l’on recherche quelqu’un qui va s’occuper de nous ou de nos enfants, pour ne plus avoir faim, etc.

Nous nous sommes dit oui parce que nous nous sommes mutuellement aimés et appréciés, et avons su que nous étions faits l’un pour l’autre. Comment l’avions-nous su? En échangeant sincèrement, totalement, froidement. En aidant l’autre à nous connaître véritablement. Et à cause de ce truc qu’on ne pourrait expliquer, mais qui te dit, dès le premier instant où ton regard croise celui de l’autre, que c’est The One!

Avant de rencontrer l’homme qui devait devenir mon mari, j’avais juré de ne jamais me marier parce que ce que je voyais autour de moi ne m’encourageait pas à m’embarquer dans cette aventure souvent fatale pour tant de femmes. Mais, lorsque je l’ai vu, j’ai changé d’avis. Et, depuis trente ans, nous sommes ensemble! J’ai dit « Oui » et je le dirais encore aujourd’hui si j’avais à refaire pas parce que mon couple est parfait, mais parce que nous avons choisi:

  • De nous obstiner, de ne pas jeter l’éponge quand les choses vont mal ou dès le premier désagrément
  • De ne pas demander ce que l’on ne peut pas donner
  • D’aimer parce que aimer ou ne pas aimer c’est un choix
  • De condamner le comportement, pas la personne, et d’aider l’autre à prendre conscience et de changer ce comportement qui nous heurte
  • De créer de l’espace pour l’autre
  • De ne pas devenir un parce que la fusion c’est la négation de l’autre et de soi
  • De fixer des attentes réalistes
  • De communiquer clairement, de façon transparente nos attentes
  • D’être là pour l’autre et avec l’autre lorsque ça va mais aussi lorsque ça ne va pas
  • De toujours nous rappeler qu’à la fin, nous avons l’un l’autre, nous sommes une équipe
  • De construire ce couple dont nous rêvons et voulons être, un couple où chacun de nous travaille d’arrache-pied tous les jours pour pour construire.

Est-ce facile?

Non!

Est-ce possible?

Oui!

Comment?

Avec de la patience, beaucoup d’efforts et de travail sur sa personne, un engagement sincère et constant, un amour sincère. En effet, seul l’amour, un amour sincère, peut nous aider à atteindre cet objectif, à continuer lorsque tout va mal. Seul un amour vrai peut aider à comprendre. Pardonner. Donner une seconde et même une troisième chance à notre partenaire.

 

Avant d’être une épouse et une mère, je suis d’abord Céline

DSC07556

En 1996 j’ai obtenu une bourse de l’Agence Espagnole de Coopération Internationale pour aller faire des études de doctorat en Espagne. J’étais déjà mariée et avec deux jeunes enfants. Accepter cette bourse signifiait aller vivre en Espagne pendant cinq ans, loin de mon mari et de mes deux jeunes enfants. Parce qu’il n’était pas question d’envisager d’y aller avec ma petite famille. J’ai accepté la bourse et suis partie.

Seule.

Ce qui a provoqué, comme beaucoup peuvent l’imaginer, beaucoup de mes frères et soeurs africains, un tollé général.

“Une femme doit être auprès de son mari pour prendre soin de lui et des enfants!”

“Comment est-ce que ton mari a pu accepter cela? C’est toi qui portes le pantalon à la maison ou quoi? Qui va s’occuper des enfants? Lui? Il prend trop de risques. Est-ce qu’il sait que tu peux ne plus rentrer au pays?”

“Moi je n’accepterais jamais cela! C’est le monde à l’envers, finalement!”

“Si cela m’arrive, je demande à ma femme de choisir entre le mariage et le divorce!”

“Qu’est-ce que tu cherches, Céline? Tu as tout! Vraiment, on ne te comprend pas, ma chère!”

“Qu’est-ce qu’on va dire si on entend qu’une femme a laissé son mari et deux jeunes enfants pour aller soi-disant poursuivre ses études chez les blancs? Tu es sûre que c’est vraiment pour poursuivre tes études que tu pars? En tout cas, ça c’est être égoïste! Où mets-tu ta famille, tes enfants, ton mari dans tout ça?”

Voilà quelques unes des perles que j’ai, que mon mari et moi, avons entendues. Il y avait de la pression de son côté pour qu’il ne me laisse pas partir, et de mon côté aussi. Ce que toutes ces personnes qui disaient se préoccuper pour moi, pour nous et pour notre petite famille ignoraient c’est que, mon mari et moi avions toujours été deux à danser ce tango qu’est le mariage et nous le sommes toujours d’ailleurs presque trente ans après ce jour où nos chemins se sont croisés et que nous avons décidé de cheminer ensemble désormais.

Mais, cheminer ensemble ne veut pas dire et n’a jamais voulu dire, à mon avis, que l’un des partenaires ou que les deux partenaires doivent renoncer à qui ils sont comme personnes, comme individus. Parce que, avant d’être épouse et époux, papa et maman, ils sont, chacun, un individu avec des projets et ambitions personnels que rien ne doit hypothéquer.

En effet, si ces projets personnels sont hypothéqués pour quelques raisons que ce soit, c’est le passeport pour la frustration, l’amertume, la non félicité qui peuvent mener à la séparation du couple. Il suffit de regarder autour de nous pour constater cela. Et puis, pourquoi devrais-je renoncer à mon projet de réaliser mes études doctorales? Pourquoi est-ce que mon époux devrait s’opposer à la réalisation de ce projet qui m’était cher? Aimer c’est comprendre, c’est soutenir, c’est accompagner, c’est aider l’autre à se découvrir, à mieux se connaître, à s’épanouir et à devenir la meilleure version de sa personne. Aimer c’est aider l’autre à réaliser tout son potentiel!

Aimer ce n’est pas frustrer l’autre.

Aimer ce n’est pas diminuer l’autre, limiter son horizon.

Aimer ce n’est pas briser ses ailes et empêcher l’autre de voler haut et de briller.

J’ai obtenu le soutien total de mon époux pour la réalisation de ce projet personnel et de bien d’autres d’ailleurs. Et je suis bel et bien retournée au Cameroun auprès de ma famille après mes études doctorales parce que je n’avais qu’un seul agenda lorsque je partais pour l’Espagne: étudier et retourner auprès des miens une fois mes études terminées, et servir mon pays.

Pourquoi je vous raconte ceci aujourd’hui? Parce que je voudrais partager cette expérience avec vous et surtout partager les leçons que j’ai apprises de cette expérience.

La mariage est une affaire de deux personnes et pas une affaire des familles, du quartier ou de la communauté. Chacun voudra vous dire ce qu’il pense être bien ou mieux pour vous. Mais, souvenez-vous qu’il s’agit de vous deux, de vous deux seulement, de votre vie, de votre avenir et, qui mieux que vous deux pour décider ce que vous deux voulez que cet avenir, que cette vie soit? Si vous pouvez ou voulez, écoutez les uns et les autres avec politesse mais, à la fin, restez les conducteurs au volant de cette vie qui est la vôtre!

Cette décision ne va pas plaire, je vous assure, mais alors pas du tout. Mais, persistez! Ne vous laissez pas manipuler et sachez que vous ne pouvez pas contenter tout le monde. Vous ne devez même pas y penser! C’est de la mer à boire.

Vous avez décidé de vous dire oui? Bonne nouvelle! Mais, si l’un des partenaires n’a pas fini ses études, il est important de continuer, de finir et de trouver du travail. Pour son propre épanouissement et pour contribuer à construire cette nouvelle famille. Ce n’est pas une bonne idée d’abandonner ses études ou son travail juste parce qu’on s’est marié! Lorsqu’on se marie, on n’est pas arrivé, les amis! Et aussi parce que le pire arrive dans la vie. Les partenaires tombent malades, perdent leur emploi, meurent, deviennent invalides à vie, le mariage finit, etc. Alors, si c’est le partenaire qui faisait bouillir la marmite qui se retrouve dans l’une de ces situations décrites, imaginez le stress de l’autre partenaire! Imaginez la suite!

Lorsque mon papa est décédé il y a six ans, nous avons réalisé avec horreur et stupéfaction que notre maman n’avait pas de signature sur leur compte bancaire. En effet, c’est papa qui avait toujours tout fait, géré tous les projets de la famille, seul, sans impliquer notre maman. Et cette dernière l’avait laissé faire sans jamais chercher à être impliquée. Une grave erreur! Une fois papa parti, il fallait gérer l’après papa. Impossible pour notre maman d’accéder au compte de notre défunt papa pour toucher sa pension dont elle avait pourtant absolument besoin pour vivre! Difficile pour maman de prendre le relais de la gestion des projets de la famille parce qu’elle n’avait aucune idée de tout cela!

Ce cas n’est pas unique. Plusieurs couples sont dans cette situation. Et ne réalisent même pas que celle-ci peut avoir des conséquences gravissimes pour le couple, leur famille ou le/la partenaire qui survit au défunt. Avant le décès de notre papa, celui-ci avait été victime d’un accident vasculaire cérébral qui l’a privé de l’usage de la parole et de ses facultés mentales. Pendant sept ans, papa était incapable de faire quoi que ce soit, et ne se souvenait même plus de qui il était. Il fallait payer ses frais d’hôpital, ses médicaments. Et couvrir les besoins de son épouse. Sa pension aurait pu aider si maman pouvait y accéder. Depuis son décès, nous avons pris en charge notre maman. Que serait-elle devenue si nous, ses enfants, n’avions pas les moyens de le faire?

Vous ne voulez pas que cela vous arrive, n’est-ce pas? Alors, agissez! Pendant qu’il est encore temps.

  • N’abandonne pas tes études ou ton travail après ton mariage quelque soit le statut de ton/ta partenaire
  • Aie ta propre carte de crédit et ton propre compte d’épargne même si vous avez des comptes communs
  • N’abandonne pas la gestion des finances à ton/ta partenaire!
  • Implique-toi activement dans la gestion de vos projets : achat d’une maison ou d’une voiture, épargne pour l’éducation de vos enfants, etc.

Prévenir vaut mieux que guérir! Toujours!

Tu as trouvé cet article utile? Partage-le pour contribuer à aider les autres à apprendre pour mieux agir, vivre la vie qu’ils désirent et qu’ils méritent. L’information c’est le pouvoir, ne l’oublie pas!

 

Avec le temps nous avons tous des rides et des cheveux gris

DSC06492

« Mon mari veut me quitter parce que j’ai pris du poids! Il dit ne plus reconnaître le mannequin qu’il a épousé il y a quelques années et me donne un ultimatum pour que je me retrouve sinon il me quitte. Je fais attention à ma diète, marche au moins deux heures de temps deux fois par semaine parce que je veux me libérer de cet excédent de kilogrammes que j’ai pris depuis quelques années mais n’y arrive pas. Cet incident m’amène à me demander de plus en plus si mon époux m’a épousée pour  de mauvaises raisons. S’il a épousé mon physique et pas la personne que je suis parce que je suis bien plus que mon physique même si celui-ci a changé avec le temps. »

 

Voilà ce qu’une amie m’a dit hier. Sérieusement ébranlée par la décision de son époux et en proie à de sérieux doutes en ce qui concerne la fondation de leur mariage. Ils se sont dit « Oui » il y a presque dix ans déjà et, au fil du temps, son physique s’est alourdi et, malgré ses efforts pour redevenir le beau mannequin raffiné dont son mari était tombé amoureux, rien n y fait.

Cette confession s’ajoute à la longue liste d’autres que j’entends régulièrement, et qui ont presque toutes la vertu de mettre en évidence une chose extrêmement importante et inquiétante: des hommes et des femmes se choisissent, se disent « Oui « et se mettent en couple pour de fausses raisons! Les femmes commettent cette erreur. Les hommes aussi, et les conséquences peuvent être graves.

Il y a quelques années lors d’un séjour chez des amis à Arusha en Tanzanie, notre ami a tout naturellement déclaré, à table, devant tout le monde, femme et enfants compris, qu’il avait épousé un mannequin et que celui-ci était devenu un hippopotame. Mon époux et moi-même étions très embarrassés, nous demandant si cet homme mesurait l’impact et les ravages que ce qu’il venait de dire  pouvait causer sur son épouse et sur ses enfants. L’homme a éclaté de rire après son speech. Les enfants aussi. La femme, celle qui était devenue une hippopotame, a sourit. Sans plus.

Je reviens sur cette confession de mon amie et cette déclaration de notre ami parce qu’il me semble  que nous n’avons pas toujours réalisé que le mariage c’est surtout une affaire d’âmes, de connection, de soulmates, et pas seulement de physique, d’argent, de statut social. Dire « Oui » à quelqu’un à cause de son physique, parce qu’il/elle a beaucoup d’argent, beaucoup de biens, parce qu’il/elle est le fils de ou la fille de, parce qu’il/elle occupe un poste de haut niveau dans une multinationale ou rêve de travailler tout le monde, c’est un passeport pour l’échec parce que, avec le temps, nous tous avons des rides et des cheveux gris, quelque chose contre laquelle nous pouvons très peu (même la chirurgie esthétique, les produits cosmétiques anti-âge, toutes les concoctions et autres remèdes-miracle retardent simplement le processus sans pouvoir l’empêcher) parce que rien n’ y personne n’arrête le temps!

Des accidents arrivent et on perd ses pieds, ses yeux, sa mobilité, la vision, ses cheveux…

L’argent finit.

Le pouvoir finit.

Il suffit d’un tsunami, d’un tremblement de terre, ou d’un mauvais investissement pour que l’on perde tout. TOUT!

On perd son emploi surtout aujourd’hui ou rien n’est plus sur, mais alors rien du tout.

Si l’époux de mon amie et notre ami avaient dit « Oui » parce qu’ils aiment vraiment leurs épouses, parce qu’ils aiment les personnes qu’elles sont réellement; s’ils les avaient épousées parce qu’ils avaient vu en elles des soulmates, des partenaires, des amies, des complices avec qui ils allaient passer le reste de leur vie, ils se demanderaient et chercheraient à comprendre pourquoi celles-ci ont pris des kilos de plus, et feraient tout ce qui est en leur possible pour les aider, pas à redevenir celles qu’elles étaient il y a trente ans car cela est impossible, mais à adopter une saine hygiène de vie parce que c’est important pour leur santé.

En effet, cette prise de kilos peut être le symptôme d’un profond mal être. La vie d’aujourd’hui avec ses exigences de plus en plus nombreuses et ses multiples frustrations est très stressante et, pour plusieurs d’entre nous, ce stress se traduit soit par une perte sérieuse de kilogrammes, soit par une prise importante de kilogrammes, sans parler de la dépression qui l’accompagne souvent.

Insulter ou humilier son/sa partenaire lorsque cela arrive n’aide pas. Donner des ultimatums pour que notre partenaire redevienne la personne que nous avons connue par le passé au risque de voir le mariage être rompu, non plus.

Ce dont notre partenaire a le plus besoin à ce moment -là c’est de notre amour et de notre soutien inconditionnel. C’est que nous lui montrons combien ils comptent pour nous. Ce dont notre partenaire a besoin c’est que nous lui montrons, par des actes très concrets, que nous voulons vraiment qu’ils s’ensortent et que nous y travaillons. En voici quelques de ces actes concrets:

  • De l’empathie
  • Des mots encourageants
  • Des séances de sport ensemble
  • De la nourriture saine à la maison et la malbouffe bannie
  • Une inscription au gymnase du quartier
  • La création et tenue d’un journal avec ses photos et des commentaires positifs et encourageants au fur et à mesure que le partenaire atteint ses objectifs de fitness
  • Et surtout le rappel constant au partenaire que la vraie motivation ne viendra que de son for intérieur!

C’est de ceci dont notre partenaire a besoin!

 

 

 

 

 

De l’importance de choisir soigneusement son partenaire pour la vie

main-amour-bague-alliance-ongles-nail-art-mariages-images-photos-gratuites-libres-de-droits-548x411

J’écris cet article depuis la salle de restauration des employés de l’hôtel où je travaille. Pendant tout l’été, il a été pratiquement impossible pour moi de prendre ma pause tellement nous étions busy! L’automne est depuis arrivé et, avec lui, sa beauté époustouflante mais aussi le taux d’occupation de l’hôtel à la baisse. Normal, les enfants sont retournés à l’école, et les parents au boulot, ce qui me permet de prendre ma pause, que j’utilise pour écrire cet article.

J’ai envie de partager avec vous ma journée marquée par trois nouvelles reçues: l’annonce d’un divorce, deux mariages.

Un de mes collègues se mariait aujourd’hui. Pendant des mois, sa fiancée et lui ont eu des réunions avec la responsable de l’organisation des mariages de l’hôtel pour s’assurer que tout était parfaitement huilé, vu et revu, pour que la cérémonie se passe de façon impeccable. Eh bien, ils ont réussi leur pari!

En effet, la cérémonie d’abord et la fête ensuite étaient très belles et, cérise sur le gâteau, des nuitées dans l’une des suites de l’hôtel leur ont été offertes par la direction de l’hôtel ainsi que du champagne, une belle lettre de félicitations et du chocolat de luxe.

Nos nouveaux mariés y croient fermement et, en s’unissant ainsi devant les hommes, ils confirment leur amour et leur souhait de cheminer ensemble le restant de leur vie, “jusqu’à ce que la mort les sépare!”

Cette phrase, cet autre couple qui se sépare aujourd’hui l’a aussi prononcée il y a quelques années. Eux aussi avaient cru en leur union et s’étaient juré et promis un amour éternel. Aujourd’hui, plus d’une décennie après l’échange des voeux, ils se séparent, et ce, après des années de tension, d’incompréhension, de déchirement, de rupture et de réconciliation, de violence même.

Que s’est-il passé? Certainement des choses, des évènements, des actions, des comportements qui, lentement mais sûrement se sont conjugués pour éteindre la flamme et révéler à chacun des deux qu’ils n’étaient pas faits l’un pour l’autre. Que chacun des deux s’était trompé de partenaire.

Oui, parce que c’est ce qui se passe lorsque, aveuglé par la passion et l’amour, on néglige certaines choses qu’on devrait sérieusement considérer avant l’union. Ou encore on refuse de voir ces petits clignotants rouges qui nous indiquent qu’il pourrait avoir problème, et demandent que nous fassions attention, que nous ne sautions pas les yeux fermés dans cette union.

Je ne suis pas d’accord avec cette adage qui dit que, lorsqu’on est amoureux, plus rien n’a d’importance. C’est justement lorsqu’on est amoureux et que l’on envisage de passer le reste de sa vie avec celui ou celle qui a pris notre coeur qu’il faut prendre les choses au sérieux, du moins cette relation. Parce que se tromper de partenaire, c’est-à-dire notre partenaire pour la vie, est la pire des choses qui puisse arriver à quelqu’un.

En effet, cela coûte cher. Extrêmement cher:

  • Physiquement (partout dans le monde on compte chaque jour des personnes qui sont mortes entre les mains de leur partenaire)
  • Emotionnellement
  • Financièrement
  • Professionnellement, etc.

Mais, comment savoir que notre choix est le bon, que nous avons déniché, pas le prince idéal ou la princesse idéale car cela n’existe que dans les livres de contes, mais cette personne qui nous aime pour ce que nous sommes réellement et respecte notre personne, nos valeurs, nos rêves; cette personne qui est prête à nous aider à devenir une bien meilleure personne; cette personne qui regardera dans la même direction que nous et qui est prête à donner et à se donner pour construire une union saine, heureuse, épanouissante, solide?

Comment le savoir?

Eh bien, il faut l’écouter, l’observer, poser des questions qu’il faut et écouter. Il y a des signes qui ne trompent pas. Un partenaire qui manque du respect à sa mère ou son père ne respectera pas son /sa partenaire, le père ou la mère de ses enfants.

Un partenaire qui traite mal les enfants, rudoie et traite de façon condescendante le personnel de maison (vos employés de maison), les serveurs/serveuses dans les restaurants, les vendeurs dans les boutiques, etc., n’est pas digne de confiance.

Un partenaire qui trouve normal de ne pas vous appeler pour vous prévenir qu’il/elle sera en retard à un rendez-vous, ou qu’il/elle rentrera tard ne mérite pas que l’on s’attarde avec lui/elle.

Un partenaire qui ne prend pas de vos nouvelles pendant des jours, des semaines, des mois même (oui, j’en ai vu des cas pareils), et qui, lorsqu’il/elle se souvient de vous c’est pour vous donner des instructions, vous dire les difficultés qu’il/elle a et vous demander de l’aider à les fixer, sans même vous avoir salué auparavant, ne vaut pas la peine.

En effet, un partenaire qui ne met rien dans la banque des émotions, laquelle est aussi importante sinon même plus importante que la banque financière, et qui trouve des justifications à tout, au lieu de corriger ces travers lorsqu’on les-lui signale, ne fera pas mieux demain et ne vaut donc pas la peine.

Un partenaire qui ne respecte pas ses engagements, lesquels peuvent être aussi petits que celui de passer par la bibliothèque pour remettre les livres que vous avez empruntés, mettre le couvert pour la réception que vous organisez pour vos amis, ou importants comme rencontrer votre famille pour demander votre main, ne changera pas demain lorsque vous serez mariés.

Un partenaire qui préfère passer ses soirées / journées avec ses amis, flirte avec d’autres femmes ou hommes en votre présence, vous demande sans cesse de l’argent pour payer ses dettes, ou ne vous rembourse pas l’argent qu’il vous a expressément demandé de lui prêter, ou encore crie sur vous lorsque vous faites tomber par inadvertance on Iphone 6 et casse l’écran, et vous demande de lui acheter un autre, de le remplacer, vit au-dessus de ses moyens parce que le paraître, le qu’en dira-t-on est plus important pour lui/elle que ce que lui/elle pense, un partenaire chez qui nous détectons ce genre de comportements devrait, à mon avis, susciter de sérieux doutes en nous en ce qui concerne notre projet de vie ensemble, et surtout un examen minutieux dudit projet, et même un abandon pur et simple.

C’est vrai que le passé ou encore les circonstances de chacun de nous ne devraient pas déterminer notre présent ou notre futur. Mais il est tout aussi vrai que la meilleure façon de prédire l’avenir est de lire le passé.

A cet autre couple qui s’apprête à convoler en noces, si j’avais un conseil à donner, je recommanderais de prendre la peine et le temps de parler de toutes ces choses, d’examiner toutes ces choses que nous avons l’habitude de passer outre, mais qui ont le pouvoir de faire ou défaire un ménage.

En matière de couple, de mariage, on ne peut pas se permettre de compter sur la chance. Ou le hasard.

Ton tour…

Qu’est-ce que tu en penses? Faut-il sauter les deux pieds joints et les yeux fermés dans un mariage, ou alors ouvrir les yeux bien ouverts pour lire ces signaux qui ne manquent jamais d’apparaitre dans tout couple même lorsque les gens essaient de tout couvrir? Par ailleurs, cette liste des clignotants rouges que j’ai donnée n’est pas complète. J’aimerais que tu y ajoutes ce que tu sais et qui pourrait très certainement aider les lecteurs et lectrices qui considèrent convoler a ne pas se tromper au moment de prendre une si importante décision.

A votre bien-être!

Celine Clemence Magneche Nde Sika

Le couple tue !

ImageLe 08 mars dernier l’on célébrait, avec pompe, partout dans le monde, la Journée Internationale de la femme. L’occasion, pour les infatigables combattantes et combattants pour le respect des  droits de tous les humains, de marquer une pause pour mesurer le chemin parcouru, développer, améliorer ou changer carrément la ou les stratégies de lutte pour l’avènement d’un monde plus juste, plus humain, plus équitable, un monde où les uns et les autres jouissent des mêmes opportunités pour s’épanouir et participer activement au développement de leurs communautés et pays.

C’était également l’occasion de sensibiliser les populations, l’opinion publique, les dirigeants et décideurs sur la condition et la situation de la femme qui, malgré les progrès réalisés et les acquis, n’a pas beaucoup changé parce que des millions de petites filles, d’adolescentes, de mères, d’épouses, de femmes âgées, sont encore trop souvent victimes, au Sud mais aussi au Nord, de discriminations ou de violences inacceptables.

En effet, si pour plusieurs d’entre nous il est désormais possible de voter, de faire des études et mener des carrières autrefois réservées uniquement à la gente masculine,  de voyager, d’ouvrir un compte bancaire sans demander au préalable la permission à quelqu’un d’autre, une personne de sexe masculin en l’occurrence, pour plusieurs femmes il est impossible encore aujourd’hui, au XXI ème siècle, de faire certaines choses aussi simples que choisir ses amis ou la tenue qu’elles vont mettre, refuser la compagnie de ceux qui ne leur plaisent pas pour quelque raison que ce soit, boire un verre avec des amis dans un café, donner son opinion sur un sujet, voter librement pour un parti politique de son choix.

Il y a quelques jours vous avez sans doute lu, avec consternation comme moi, dans un journal de la place, le cas d’une jeune femme battue et répudiée avec ses deux enfants par le cousin de son conjoint et l’ami de ce dernier tout simplement parce qu’elle avait osé voter pour un parti qui n’est pas celui de ces  derniers. Interpellé, le conjoint n’a rien trouvé à redire sauf à rappeler à son épouse qu’il lui avait bien dit de ne pas faire la politique, parce que c’est l’affaire des hommes!

Battue, répudiée, humiliée, lâchée par son conjoint parce qu’elle a voulu remplir son devoir de citoyenne en votant, parce qu’elle a commis le délit de vouloir penser par elle-même sans passer par les autres. Cela se passe ici à Ouagadougou. Mais également ailleurs, dans les autres villes et villages du Burkina Faso, en Afrique, en Europe, en Amérique, partout dans le monde où, comme cette dame, beaucoup d’autres femmes sont victimes des violences liées au genre, à leur sexe.

Elle aurait pu y laisser la vie, comme c’est très souvent le cas d’ailleurs, parce que ce terrorisme qui ne dit pas son nom cause des dégâts aussi importants sinon plus que le cancer,  le sida. En silence, souvent dans l’intimité des domiciles, mais aussi dans la rue, au marché, au service, à l’école ou dans les amphithéâtres. Tenez:

-ici des lois nous discriminent ouvertement et l’Etat reste passif devant la tradition qui nous écarte de l’héritage, fixe des limites pour nous et punit celles qui osent la questionner ;

-là on nous charcute ou nous coud au nom de la religion ou de cette même tradition ; on nous met des ceintures de chasteté ou contrôle notre virginité ; nous oblige à adopter des canons de beauté qu’ils ont choisis au péril de notre santé; nous enferme dans des harems ou dans des foyers contre notre volonté ; nous viole, nous impose des relations sexuelles ou des grossesses multiples, rapprochées ; nous achète, nous échange ou nous transmet du mari aux frères ou cousins ;

-là, on nous défigure à l’acide, nous abat ou nous brûle parce que nous avons mis un terme à une relation destructrice ou qui ne nous plaît plus ; nous marie à quatre ans, nous égorge, nous poignarde pour sauver l’honneur de la famille parce qu’on nous a aperçue avec un homme qui n’est pas de notre famille ; nous harcèle sexuellement et psychologiquement ; nous insulte, nous prostitue ; nous brûle vives lorsque nous vieillissons en nous accusant de sorcières ; nous assimilent au symbole du Mal dans des religions misogynes ; nous ensevelit vivantes sous des tchadors, burkas ou autres tchadris en synthétique sous des températures de plus de 45% à l’ombre parce que notre conjoint doit être le seul à contempler notre corps ; nous lapide parce que nous avons décidé de refaire notre vie après un divorce ou après avoir été abandonnée avec enfants par notre conjoint;

-là-bas encore nous n’avons pas le droit de voir le jour si jamais on découvre, grâce à la magie de l’échographie que nous sommes de sexe féminin…

Je pourrais continuer à égrener le chapelet des violences que nous les femmes subissons à longueur de notre vie parce qu’elle est infinie.

Partout, les violences exercées contre les femmes par un partenaire de sexe masculin –le père, le frère, l’époux, le conjoint, concubin ou petit ami, des collègues, etc.-, ou des institutions comme l’Etat, l’école, la société, atteignent des dimensions hallucinantes et constituent l’une des premières causes d’invalidité et de mortalité chez les femmes. Partout, le terrain est miné. A toutes les étapes de la vie d’une femme ! Même certains acquis obtenus au prix de luttes acharnées et de sacrifices sont aujourd’hui menacés et remis en question.

Face à un tel constat particulièrement inquiétant, il est clair que beaucoup reste à faire pour que les femmes soient considérées comme des êtres humains à part entière, des citoyennes à part entière avec des devoirs mais aussi des droits, parce qu’elles le sont avant d’être des mères, des épouses, des sœurs, des amantes. Enormément de choses restent encore à faire pour que les femmes, ces travailleuses infatigables sur qui reposent énormément de choses dont l’économie, la sécurité alimentaire, la stabilité des sociétés, puissent effectivement s’exprimer, donner leur avis sur tout ce qui les concerne directement, participer activement à la gestion des affaires de leurs communautés, à la conception, l’élaboration, l’implémentation, le suivi et l’évaluation des programmes de développement, bref, au processus de développement durable de leur pays.

C’est une tâche difficile, qui requière du temps, de la patience et des moyens  -pour briser définitivement les résistances de ceux qui sont encore férocement accrochés à leurs convictions, aux idées reçues et autres préjugés-. Mais c’est une tâche qui requiert surtout l’adhésion de tous et chacun de nous. Une tâche qui nous interpelle parce qu’il s’agit des droits de plus de la moitié de l’humanité, des droits des femmes et dont la violation est une violation des droits humains.

C’est aussi une tâche dont nous ne pouvons nous dérober parce que les conséquences démographiques, sociales, économiques de ces actes qui n’honorent pas l’Homme sont souvent terribles pour celles qui en sont victimes –traumatisme, transgression des principes et droits fondamentaux au travail, des droits de la personne-,   mais aussi pour leurs familles, leurs communautés, leurs pays, bref, le monde entier – perte de la population,  diminution de l’espérance de vie à cause des grossesses nombreuses, rapprochées, précoces, surcharge de travail, transgression de la justice sociale, ralentissement de la croissance économique, fonctionnement pas optimal des entreprises et des marchés du travail,  bref, aggravation de l’extrême pauvreté-. Nous sommes à l’heure de la mondialisation où un acte posé localement peut avoir des conséquences redoutables au niveau global.

Presque tous les Etats du monde ont pris conscience des multiples formes de violences faites aux femmes et signé et ratifié la Convention pour l’Eradication de toutes les formes de violence contre la femme et, au niveau national, ils ont élaboré des politiques et plans d’actions nationaux et programmes pour sa mise en œuvre.  Mais, malgré cette volonté politique manifeste, et aussi parfois pour des raisons qui échappent souvent à notre entendement, ces outils ne sont pas opérationnels, ou du moins pas assez.

Il ne suffit pas de signer des Conventions pour ne pas être mal vu par la communauté internationale, ou parce que celles-ci sont une opportunité pour avoir des fonds. Il s’agit de traduire cette volonté par des actions concrètes, de façon transversale, à tous les niveaux de la société, du sommet à la base, partout, sur le terrain, avec les populations.

Il faut un cadre légal adéquat, des lois appropriées qui protègent la femme contre les abus et promeuvent ses droits, une fermeté pour les faire appliquer, des mesures radicales et des sanctions pour punir ceux qui enfreignent ces lois, et même des tribunaux pour les juger comme le réclament les organisations féministes qui considèrent ces actes comme des crimes contre l’humanité. Mais il faut surtout prévenir. Par le renforcement des capacités, l’éducation des hommes et des femmes, victimes et bourreaux, qui, consciemment ou inconsciemment, perpétuent ces actes et comportements assassins, de génération en génération, parce que otages d’un système patriarcal qui proclame et perpétue l’idée de « l’infériorité naturelle »  des femmes et d’une « suprématie biologique » des hommes. L’éducation est plus susceptible de modifier les normes sociales, les attitudes, les stéréotypes, etc., pour aboutir à la reconnaissance et le respect des droits de la femme ainsi que la suppression de toutes les formes de violence à leur égard.

Sans réelle volonté politique, le combat contre la violence de genre, qui n’est autre que le reflet des relations de pouvoir inégales entre hommes et femmes, sera difficilement gagné. Et il convient de préciser que toute initiative doit être transformationnelle. En effet, il est bon de donner du poisson à manger à ceux qui ont faim. Mais il est préférable de leur apprendre à pêcher et d’apporter l’appui institutionnel au secteur de la pêche parce que là, on apporte ainsi une réponse structurelle au problème de la faim, c’est-à-dire une solution durable au problème.

Cet article je l’ai écrit il y a quelques années, lorsque je vivais encore au Burkina Faso. Mais il est d’actualité car la violence du genre ne faiblit pas. Lorsqu’on est en couple ou pas. Je parle de violence du genre et pas de violence contre la femme parce que les femmes aussi peuvent être -et le sont vraiment- très violentes. Et elle ne faiblira pas si chacun de nous ne fait pas sa part, à son  niveau, avec les moyens dont il/elle dispose, lorsqu’il le faut, pour contribuer à mettre un terme à cette horreur. La violence, qu’elle vienne de l’homme ou de la femme, n’est pas acceptable. Elle n’est pas tolérable. Moi je fais ma part, en partageant avec toi ces mots, ce message.

Et toi, que fais-tu pour que la paix et l’amour remplacent la violence?

Je serais heureuse de te lire. Nous avons tous et toutes des choses à dire, à partager, à enseigner.

Céline Sika