Le mariage n’est pas Disney World!

 

Depuis plusieurs années je suis régulièrement sollicitée par des gens de tout horizon, des amis, des collègues, des camarades de classe, des voisins, les lecteurs et lectrices de mes écrits pour aider à construire des relations saines et épanouissantes, ou alors aider à sauver celles qui souffrent et chancellent.

Pourquoi moi, je me demande souvent? Ce n’est pas parce que mon couple à moi est parfait. C’est vrai que cela fait plus d’un demi-siècle que mon époux et moi avons décidé de cheminer ensemble. Et rien, apparemment, n’indique que nous aussi avons eu nos hauts et nos bas. Et pourtant nous les avons eus, croyez-moi! Parce que le mariage n’est pas Disney World!

Aux marchés aux puces en Décembre dernier à Nairobi, un des vendeurs à qui je voulais acheter de magnifiques sandales Masai m’a donné un prix trop élevé (je connaissais le prix pour en avoir acheter d’autres paires quelques jours avant) et m’a demandé de surcroît de le payer en dollars américains ou en Euros. Lorsque je me suis plainte et lui ai demandé pourquoi, il m’a répondu que je viens des Etats Unis ou d’Europe et que je suis riche.

“Tu te trompes!” lui ai-je dis.

“Non, tu brilles trop et tu ne peux venir que des Etats Unis ou d’Europe!” me dit-il.

“Je vis a Nairobi comme toi!” continuai-je.

“No way, Madam!” dit-il.

“Et même si je vivais en Europe ou aux Etats Unis, pourquoi paierais-je plus cher un produit qui coûte nettement moins cher?” lui demandai-je.

“Parce que vous avez de l’argent, madame” répondit-il.

Il ne me connaissait pas, je ne le connaissais pas, c’était notre première rencontre et jusque-là nous n’avions eu aucun échange qui lui aurait donné des indications sur mon lieu de résidence. Mes tentatives de lui faire comprendre que ce qu’il percevait n’était pas la réalité n’ont pas réussi à lui faire changer d’avis.

A Yaoundé au Cameroun, toujours en Décembre dernier, j’ai encore eu droit à ce même type de traitement. Le vendeur de chaussures à qui ma fille et moi-même voulions acheter des flip-flop s’est carrément indigné que je lui dise que le prix des flip-flop que ma fille avait choisis était exagéré.

“Si je vous vends à ce prix-là, à combien est-ce que je vendrais aux pauvres, Madame?” m’a-t-il demandé.

Pour lui aussi, j’appartenais à une catégorie de classe sociale à qui il pouvait et devait même vendre ses produits à un prix plus élevé sans que je ne bronche. Tout cela à cause de ce qu’il voyait, c’est-à-dire mon physique, mon apparence.

Comme vous voyez donc, ce que nous voyons ou percevons n’est toujours pas la réalité et les apparences trompent! Non seulement je ne vis pas aux Etats Unis ni en Europe, mais mon couple n’est pas parfait, tout comme aucun ne l’est d’ailleurs. Chaque couple a des problèmes. Ses problèmes. Et ceux qui s’apprêtent à se dire “oui” doivent savoir que le couple qu’ils vont former en aura aussi. Petits ou grands, des problèmes, il y en aura. Ce qui fait la différence entre le couple A qui ne se déchire pas et qui vit pourtant ensemble depuis 50 ans et plus, et le couple B qui s’entredéchire et bat de l’aile c’est le type de fondation qu’ils ont construite et sur laquelle ils ont bâtit leur couple et la façon dont ils gèrent les problèmes auxquels leur couple fait face. Celui ou celle qui vous dit donc qu’ils n’ont pas de problèmes dans leur couple ment. Comment cela serait-il d’ailleurs possible?

En effet, chacun des partenaires est né dans une famille différente, a reçu une éducation différente, a rencontré, tout au long de sa vie –et continue à rencontrer- des gens aux parcours et backgrounds différents, lu des livres, regardé des films, visité des pays ou régions qui les ont façonnés et fait d’eux l’homme et la femme qu’ils sont devenus. Etre d’accord sur tout et à tout moment n’est simplement pas possible. Et cela peut évidemment créer des étincelles.

Un ami à moi me disait il y a quelques années lors d’un échange sur les relations de couple qu’il n’aime pas que ceux qu’il aime le contrarient. Je lui ai alors dit qu’il valait mieux qu’il ne se mette jamais en couple avec quelqu’un car une telle chose n’est simplement pas possible. Et si jamais cela arrivait, ce serait une espèce de dictature ou l’un des partenaires impose son point de vue et a toujours raison, et l’autre est opprimé et privé du droit de s’exprimer librement, et de contribuer activement à la construction du couple.

En effet, deux intelligences valent toujours mieux qu’une. Si dans un couple c’est une seule personne qui pense et décide de tout, tout seul ou toute seule, tout le temps, ce couple n’est pas sain. Il n’est pas fort. C’est un couple diminué, privé de tous ses moyens et ses atouts. Le dictateur continuera à dicter si l’autre partenaire choisit, pour une raison ou une autre, de laisser faire et de vivre cette vie misérable et opprimante, ou alors l’autre partenaire refuse cette situation et, alors, il y a clash!

Des éclats de voix, il y en a et il y en aura dans tout couple. Des conversations difficiles où vous peinerez à trouver des mots justes pour transmettre votre pensée à votre partenaire. Mais que cela reste des éclats de voix et pas autre type d’éclats. Et, vous savez quoi? C’est sain! Chaque couple a besoin de confrontation de temps en temps. Et cela est tout a fait normal parce que c’est normal de ne pas être d’accord sur tout tout le temps, d’avoir des divergences de point de vue.

Lorsque cela arrive, et cela arrivera, échangez de façon responsable. Souvenez-vous qu’il ne s’agit pas pour l’un d’avoir raison et pour l’autre d’avoir tort, mais surtout de trouver un common ground, ce common ground où le gagnant c’est le couple! Et surtout, veillez à ce que dans toute confrontation, la dignité de chacun des partenaires reste INTACTE!

Confrontation?

 

Ton tour!

Si tu as aimé cet article et l’as trouvé utile, partage-le!  Et si tu as des trucs qui te permettent de construire un mariage sain, épanouissant et qui dure, je serais heureuse de les connaître, mes lecteurs et lectrices aussi!

Celine

 

Publicités

Avec le temps nous avons tous des rides et des cheveux gris

DSC06492

« Mon mari veut me quitter parce que j’ai pris du poids! Il dit ne plus reconnaître le mannequin qu’il a épousé il y a quelques années et me donne un ultimatum pour que je me retrouve sinon il me quitte. Je fais attention à ma diète, marche au moins deux heures de temps deux fois par semaine parce que je veux me libérer de cet excédent de kilogrammes que j’ai pris depuis quelques années mais n’y arrive pas. Cet incident m’amène à me demander de plus en plus si mon époux m’a épousée pour  de mauvaises raisons. S’il a épousé mon physique et pas la personne que je suis parce que je suis bien plus que mon physique même si celui-ci a changé avec le temps. »

 

Voilà ce qu’une amie m’a dit hier. Sérieusement ébranlée par la décision de son époux et en proie à de sérieux doutes en ce qui concerne la fondation de leur mariage. Ils se sont dit « Oui » il y a presque dix ans déjà et, au fil du temps, son physique s’est alourdi et, malgré ses efforts pour redevenir le beau mannequin raffiné dont son mari était tombé amoureux, rien n y fait.

Cette confession s’ajoute à la longue liste d’autres que j’entends régulièrement, et qui ont presque toutes la vertu de mettre en évidence une chose extrêmement importante et inquiétante: des hommes et des femmes se choisissent, se disent « Oui « et se mettent en couple pour de fausses raisons! Les femmes commettent cette erreur. Les hommes aussi, et les conséquences peuvent être graves.

Il y a quelques années lors d’un séjour chez des amis à Arusha en Tanzanie, notre ami a tout naturellement déclaré, à table, devant tout le monde, femme et enfants compris, qu’il avait épousé un mannequin et que celui-ci était devenu un hippopotame. Mon époux et moi-même étions très embarrassés, nous demandant si cet homme mesurait l’impact et les ravages que ce qu’il venait de dire  pouvait causer sur son épouse et sur ses enfants. L’homme a éclaté de rire après son speech. Les enfants aussi. La femme, celle qui était devenue une hippopotame, a sourit. Sans plus.

Je reviens sur cette confession de mon amie et cette déclaration de notre ami parce qu’il me semble  que nous n’avons pas toujours réalisé que le mariage c’est surtout une affaire d’âmes, de connection, de soulmates, et pas seulement de physique, d’argent, de statut social. Dire « Oui » à quelqu’un à cause de son physique, parce qu’il/elle a beaucoup d’argent, beaucoup de biens, parce qu’il/elle est le fils de ou la fille de, parce qu’il/elle occupe un poste de haut niveau dans une multinationale ou rêve de travailler tout le monde, c’est un passeport pour l’échec parce que, avec le temps, nous tous avons des rides et des cheveux gris, quelque chose contre laquelle nous pouvons très peu (même la chirurgie esthétique, les produits cosmétiques anti-âge, toutes les concoctions et autres remèdes-miracle retardent simplement le processus sans pouvoir l’empêcher) parce que rien n’ y personne n’arrête le temps!

Des accidents arrivent et on perd ses pieds, ses yeux, sa mobilité, la vision, ses cheveux…

L’argent finit.

Le pouvoir finit.

Il suffit d’un tsunami, d’un tremblement de terre, ou d’un mauvais investissement pour que l’on perde tout. TOUT!

On perd son emploi surtout aujourd’hui ou rien n’est plus sur, mais alors rien du tout.

Si l’époux de mon amie et notre ami avaient dit « Oui » parce qu’ils aiment vraiment leurs épouses, parce qu’ils aiment les personnes qu’elles sont réellement; s’ils les avaient épousées parce qu’ils avaient vu en elles des soulmates, des partenaires, des amies, des complices avec qui ils allaient passer le reste de leur vie, ils se demanderaient et chercheraient à comprendre pourquoi celles-ci ont pris des kilos de plus, et feraient tout ce qui est en leur possible pour les aider, pas à redevenir celles qu’elles étaient il y a trente ans car cela est impossible, mais à adopter une saine hygiène de vie parce que c’est important pour leur santé.

En effet, cette prise de kilos peut être le symptôme d’un profond mal être. La vie d’aujourd’hui avec ses exigences de plus en plus nombreuses et ses multiples frustrations est très stressante et, pour plusieurs d’entre nous, ce stress se traduit soit par une perte sérieuse de kilogrammes, soit par une prise importante de kilogrammes, sans parler de la dépression qui l’accompagne souvent.

Insulter ou humilier son/sa partenaire lorsque cela arrive n’aide pas. Donner des ultimatums pour que notre partenaire redevienne la personne que nous avons connue par le passé au risque de voir le mariage être rompu, non plus.

Ce dont notre partenaire a le plus besoin à ce moment -là c’est de notre amour et de notre soutien inconditionnel. C’est que nous lui montrons combien ils comptent pour nous. Ce dont notre partenaire a besoin c’est que nous lui montrons, par des actes très concrets, que nous voulons vraiment qu’ils s’ensortent et que nous y travaillons. En voici quelques de ces actes concrets:

  • De l’empathie
  • Des mots encourageants
  • Des séances de sport ensemble
  • De la nourriture saine à la maison et la malbouffe bannie
  • Une inscription au gymnase du quartier
  • La création et tenue d’un journal avec ses photos et des commentaires positifs et encourageants au fur et à mesure que le partenaire atteint ses objectifs de fitness
  • Et surtout le rappel constant au partenaire que la vraie motivation ne viendra que de son for intérieur!

C’est de ceci dont notre partenaire a besoin!

 

 

 

 

 

De l’importance de choisir soigneusement son partenaire pour la vie

main-amour-bague-alliance-ongles-nail-art-mariages-images-photos-gratuites-libres-de-droits-548x411

J’écris cet article depuis la salle de restauration des employés de l’hôtel où je travaille. Pendant tout l’été, il a été pratiquement impossible pour moi de prendre ma pause tellement nous étions busy! L’automne est depuis arrivé et, avec lui, sa beauté époustouflante mais aussi le taux d’occupation de l’hôtel à la baisse. Normal, les enfants sont retournés à l’école, et les parents au boulot, ce qui me permet de prendre ma pause, que j’utilise pour écrire cet article.

J’ai envie de partager avec vous ma journée marquée par trois nouvelles reçues: l’annonce d’un divorce, deux mariages.

Un de mes collègues se mariait aujourd’hui. Pendant des mois, sa fiancée et lui ont eu des réunions avec la responsable de l’organisation des mariages de l’hôtel pour s’assurer que tout était parfaitement huilé, vu et revu, pour que la cérémonie se passe de façon impeccable. Eh bien, ils ont réussi leur pari!

En effet, la cérémonie d’abord et la fête ensuite étaient très belles et, cérise sur le gâteau, des nuitées dans l’une des suites de l’hôtel leur ont été offertes par la direction de l’hôtel ainsi que du champagne, une belle lettre de félicitations et du chocolat de luxe.

Nos nouveaux mariés y croient fermement et, en s’unissant ainsi devant les hommes, ils confirment leur amour et leur souhait de cheminer ensemble le restant de leur vie, “jusqu’à ce que la mort les sépare!”

Cette phrase, cet autre couple qui se sépare aujourd’hui l’a aussi prononcée il y a quelques années. Eux aussi avaient cru en leur union et s’étaient juré et promis un amour éternel. Aujourd’hui, plus d’une décennie après l’échange des voeux, ils se séparent, et ce, après des années de tension, d’incompréhension, de déchirement, de rupture et de réconciliation, de violence même.

Que s’est-il passé? Certainement des choses, des évènements, des actions, des comportements qui, lentement mais sûrement se sont conjugués pour éteindre la flamme et révéler à chacun des deux qu’ils n’étaient pas faits l’un pour l’autre. Que chacun des deux s’était trompé de partenaire.

Oui, parce que c’est ce qui se passe lorsque, aveuglé par la passion et l’amour, on néglige certaines choses qu’on devrait sérieusement considérer avant l’union. Ou encore on refuse de voir ces petits clignotants rouges qui nous indiquent qu’il pourrait avoir problème, et demandent que nous fassions attention, que nous ne sautions pas les yeux fermés dans cette union.

Je ne suis pas d’accord avec cette adage qui dit que, lorsqu’on est amoureux, plus rien n’a d’importance. C’est justement lorsqu’on est amoureux et que l’on envisage de passer le reste de sa vie avec celui ou celle qui a pris notre coeur qu’il faut prendre les choses au sérieux, du moins cette relation. Parce que se tromper de partenaire, c’est-à-dire notre partenaire pour la vie, est la pire des choses qui puisse arriver à quelqu’un.

En effet, cela coûte cher. Extrêmement cher:

  • Physiquement (partout dans le monde on compte chaque jour des personnes qui sont mortes entre les mains de leur partenaire)
  • Emotionnellement
  • Financièrement
  • Professionnellement, etc.

Mais, comment savoir que notre choix est le bon, que nous avons déniché, pas le prince idéal ou la princesse idéale car cela n’existe que dans les livres de contes, mais cette personne qui nous aime pour ce que nous sommes réellement et respecte notre personne, nos valeurs, nos rêves; cette personne qui est prête à nous aider à devenir une bien meilleure personne; cette personne qui regardera dans la même direction que nous et qui est prête à donner et à se donner pour construire une union saine, heureuse, épanouissante, solide?

Comment le savoir?

Eh bien, il faut l’écouter, l’observer, poser des questions qu’il faut et écouter. Il y a des signes qui ne trompent pas. Un partenaire qui manque du respect à sa mère ou son père ne respectera pas son /sa partenaire, le père ou la mère de ses enfants.

Un partenaire qui traite mal les enfants, rudoie et traite de façon condescendante le personnel de maison (vos employés de maison), les serveurs/serveuses dans les restaurants, les vendeurs dans les boutiques, etc., n’est pas digne de confiance.

Un partenaire qui trouve normal de ne pas vous appeler pour vous prévenir qu’il/elle sera en retard à un rendez-vous, ou qu’il/elle rentrera tard ne mérite pas que l’on s’attarde avec lui/elle.

Un partenaire qui ne prend pas de vos nouvelles pendant des jours, des semaines, des mois même (oui, j’en ai vu des cas pareils), et qui, lorsqu’il/elle se souvient de vous c’est pour vous donner des instructions, vous dire les difficultés qu’il/elle a et vous demander de l’aider à les fixer, sans même vous avoir salué auparavant, ne vaut pas la peine.

En effet, un partenaire qui ne met rien dans la banque des émotions, laquelle est aussi importante sinon même plus importante que la banque financière, et qui trouve des justifications à tout, au lieu de corriger ces travers lorsqu’on les-lui signale, ne fera pas mieux demain et ne vaut donc pas la peine.

Un partenaire qui ne respecte pas ses engagements, lesquels peuvent être aussi petits que celui de passer par la bibliothèque pour remettre les livres que vous avez empruntés, mettre le couvert pour la réception que vous organisez pour vos amis, ou importants comme rencontrer votre famille pour demander votre main, ne changera pas demain lorsque vous serez mariés.

Un partenaire qui préfère passer ses soirées / journées avec ses amis, flirte avec d’autres femmes ou hommes en votre présence, vous demande sans cesse de l’argent pour payer ses dettes, ou ne vous rembourse pas l’argent qu’il vous a expressément demandé de lui prêter, ou encore crie sur vous lorsque vous faites tomber par inadvertance on Iphone 6 et casse l’écran, et vous demande de lui acheter un autre, de le remplacer, vit au-dessus de ses moyens parce que le paraître, le qu’en dira-t-on est plus important pour lui/elle que ce que lui/elle pense, un partenaire chez qui nous détectons ce genre de comportements devrait, à mon avis, susciter de sérieux doutes en nous en ce qui concerne notre projet de vie ensemble, et surtout un examen minutieux dudit projet, et même un abandon pur et simple.

C’est vrai que le passé ou encore les circonstances de chacun de nous ne devraient pas déterminer notre présent ou notre futur. Mais il est tout aussi vrai que la meilleure façon de prédire l’avenir est de lire le passé.

A cet autre couple qui s’apprête à convoler en noces, si j’avais un conseil à donner, je recommanderais de prendre la peine et le temps de parler de toutes ces choses, d’examiner toutes ces choses que nous avons l’habitude de passer outre, mais qui ont le pouvoir de faire ou défaire un ménage.

En matière de couple, de mariage, on ne peut pas se permettre de compter sur la chance. Ou le hasard.

Ton tour…

Qu’est-ce que tu en penses? Faut-il sauter les deux pieds joints et les yeux fermés dans un mariage, ou alors ouvrir les yeux bien ouverts pour lire ces signaux qui ne manquent jamais d’apparaitre dans tout couple même lorsque les gens essaient de tout couvrir? Par ailleurs, cette liste des clignotants rouges que j’ai donnée n’est pas complète. J’aimerais que tu y ajoutes ce que tu sais et qui pourrait très certainement aider les lecteurs et lectrices qui considèrent convoler a ne pas se tromper au moment de prendre une si importante décision.

A votre bien-être!

Celine Clemence Magneche Nde Sika

Quelques signes que votre couple/relation va mal

Love

Aucun couple n’est parfait. Même ceux qui donnent tout l’air de l’être.

Non!

Rien n’est parfait. Aucune création n’est parfaite. Même pas la vie.

Lorsque des gens décident de vivre ensemble en couple, c’est pour une ou des raisons bien précises même si ces dernières ne sont pas toujours évidentes. Le souhait de ces personnes qui décident de cheminer ensemble pour le restant de leur vie (je dis ceci parce que je ne pense pas que des gens puissent décider de vivre ensemble pour une durée déterminée et, même s’il y en a qui le font, c’est certainement une minorité), c’est de vivre une union heureuse, saine, harmonieuse. Malheureusement cela n’est pas toujours le cas. Souvent, très souvent hélas, les choses ne se passent pas comme on le souhaite. Les circonstances de la vie ou ceux-la même qui forment le couple mettent ce dernier en péril et, si rien n’est fait pour redresser/changer la situation, le couple finit par se diviser après s’être déchiré.

Mais il faut encore savoir/pouvoir lire/interpréter certains signes ou comportements que notre couple va mal parce que ce n’est pas toujours facile pour tout le monde d’exprimer son mal-être, ses frustrations, ses préoccupations, sa déception, son ras-le-bol. Un de mes amis m’a affirmé il y a quelques temps que, lorsqu’il est blessé ou déçu par un ou une amie, quelqu’un qu’il aime ou estime, il préfère rompre la relation. Cette confession m’a ramenée en arrière de 18 ans lorsque moi-même j’ai décidé de mettre un terme à une relation que mon mari et moi-même avions avec des gens que nous considérions comme nos grands amis. Des frères presque. Nous avions été trahis de la pire des manières par l’homme. Meurtrie, j’ai préféré prendre du recul, fermer cette porte pour préserver mon équilibre psychologique. Je n’ai toujours pas repris le contact avec ce couple. Un jour peut-être. Un jour peut-être parce que j’ai pardonné pas parce qu’ils le méritent mais pour avoir moi-même la paix et surtout ne pas être prisonnière du passé. Je n’aime pas que le passé vienne m’emmerder.

C’est pour vous dire combien il est souvent difficile d’exprimer ses sentiments. Mais, si nous sommes avertis et outillés, nous pouvons lire les signes que notre couple/relation va mal. En voici quelques uns.

  • Tu ne communiques plus de façon appropriée avec ton/ta partenaire sans hausser le ton.
  • Vous ne vous parlez plus et vivez pourtant tous sous le même toit.
  • Vous vous parlez par papier/post it collé sur le frigidaire à la cuisine ou posé au chevet de votre lit, ou par SMS.
  • Vous faites désormais chambre à part, cela dure et ne semble nuire à aucun de vous.
  • Après le boulot, vous restez dehors le plus longtemps possible avec des amis ou seul, et rentrez à la maison le plus tard possible, pour vous coucher et dormir, en attendant de quitter la maison le plus tôt possible le lendemain.
  • Vos communications se résument aux “Oui”, “Non”, “Si tu veux”, sans plus.
  • Tu ne prends plus ses appels. Et, lorsque tu le fais, tu abois et demandes pourquoi il/elle te dérange, te surveille, et tu soulignes d’ailleurs que tu es très occupé/e, etc.
  • Tu n’es plus impatient/e de le retrouver après une journée ou quelques heures de séparation.
  • Lorsque ton/ta partenaire souhaite discuter d’une question avec toi, tu te dérobes systématiquement, le/la rabroues sèchement en prétendant être fatigué/e ou très occupé/e, ou alors tu abois: « On en parle plus tard », un « plus tard » qui n’arrive jamais.
  • Tu ne demandes plus a ton/ta partenaire comment s’est passée sa journée.
  • Tu n’es plus impatient/e de lui raconter ta journée.
  • Tu ne lui dis plus où tu vas lorsque tu sors et lui réponds de façon agressive lorsqu’il/elle te le demande.
  • Tu ne lui fais plus de surprises comme au moment où vous vous êtes connus. Avant, vous aviez l’habitude de l’appeler à la fin de la journée pour lui dire que vous l’attendez au bas de l’immeuble ou il travaille. Lorsqu’il/elle  descendait, heureux/heureuse de la surprise, vous alliez prendre un verre dans ce pub où vous aviez vos habitudes ou dans ce restaurant où il t’a demandé de devenir sa femme, avant de rentrer à la maison. Mais maintenant, c’est de l’histoire ancienne!
  • Tu raccroches le téléphone lorsque tu le/la voies arriver.
  • Tu lui arraches ton téléphone des mains lorsqu’il/elle le prend pour une raison ou une autre.
  • Tu lui caches des réalisations/choses que tu es entrain de faire.
  • Tu ne parles plus en termes de “Nous”, mais en termes de “Je”
  • Tu ne le/la préviens plus lorsque tu vas rentrer tard du boulot.
  • Ton/ta partenaire n’est plus ta priorité.
  • Ses soucis de santé, famille, boulot ne t’intéresse plus et, même lorsqu’il/elle en parle, tu écoutes d’une oreille très très inattentive.
  • Vous ne faites plus ces rituels que vous adoriez faire au moment de votre rencontre: dîner au restaurant tous les Samedis; voyager et découvrir un coin de votre pays tous les six mois; célébrer l’anniversaire de votre rencontre chaque année; courir ensemble tous les Dimanches matins; vous échanger des SMS ou vous appeler plusieurs fois dans la journée juste parce que vous avez envie de le faire, d’entendre la voix de votre partenaire, etc.
  • Vous n’offrez plus à votre partenaire des fleurs / des roses pas seulement à la Saint Valentin mais n’importe quand juste parce que vous l’aimez tous les jours et pas seulement le jour de la Saint Valentin.
  • Tu lui offres un cadeau et c’est à peine s’il/si elle le remarque. Il/elle ne le remarque d’ailleurs pas. Ou alors te demande s’il y a une urgence, si le cadeau ne pouvait pas attendre lorsque, fatigue/e d’attendre qu’il/elle arrête de travailler pour que vous vous retrouviez et dîniez, tu vas dans sa salle de travail à la maison pour lui offrir le cadeau.
  • Vous ne sortez plus ensemble comme lorsque vous vous êtes rencontrés.
  • Chacun va en vacances de son côté et ne s’intéresse pas/plus à ce que l’autre fait.
  • Chacun rencontre sa famille seul et ignore celle de son/sa partenaire.
  • Chacun donne des instructions différentes à vos enfants pour nuire à son partenaire et dresser les enfants contre lui/elle.
  • Vous ne faites plus l’amour, ou alors par contrainte, à la va-vite, comme si vous voudriez vous débarrasser rapidement de ce qui est devenu une corvée avec votre partenaire.

Cette liste n’est pas exhaustive. Je vous invite d’ailleurs à la compléter. Ce qui est sûr c’est que, lorsque vous remarquez ces signes au sein de votre couple, il est temps de vous asseoir ensemble et d’en parler car ce sont des symptômes d’un mal qui couve comme le feu sous la cendre et qui risque de vous détruire si rien n’est fait. Communiquer, de façon transparente, sans heurter l’autre, sans pointer du doigt et blâmer l’autre pour ce qui arrive, est essentiel si l’on veut arranger la situation, construire.

Trouvez le temps d’en parler, entre couple, vous deux, sans toujours impliquer les autres qui ne sont pas toujours d’une grande aide ou alors n’aident pas du tout car ils sont incapables d’être objectifs, sont jaloux, ou alors appartiennent à cette catégorie de personnes qui sont heureuses lorsque les autres souffrent et se déchirent.

Il n’est pas question de gagner et que l’autre perde: il est surtout et doit toujours être question de trouver des solutions à ce qui mine le couple et peut le détruire.

A toi…

Qu’est-ce que tu en penses? Quels autres signes connais-tu qui puissent aider les lecteurs à réaliser quand leur couple va mal et prendre les mesures nécessaires pour corriger cette situation-là? Je serais heureuse de te lire!

Céline Clémence Magnéché Ndé Sika

En matière de couple, rien ne doit être laissé au hasard

The iceberg illusion

« -J’en ai marre de tout cela! Je jette l’éponge! C’est fini. F-I-N-I!

-Mais, cela fait à peine un an que vous êtes mariés, ma chérie!

-Assez pour que je conclus que ce salopard ne changera jamais. Jamais! Qu’est-ce que j’ai été naïve! Oh my God! J’en ai même honte!

-Qu’est-ce que tu veux dire?

-Je croyais que le mariage allait le changer. Mais, je me trompais, ma soeur. Je me suis trompée sur toute la ligne. Quelle pauvre idiote que je suis! Et, tu sais quoi? Ce qui est horrible c’est que j’ai le sentiment que, maintenant qu’il m’a passé la corde au cou, il se croit tout permis et fait n’importe quoi! Si je ne prends pas des mesures drastiques, bientôt il va m’étrangler avec cette corde.

-Tu n’exagères pas?

-Non! Sérieusement. Ce n’est pas la peine. Je renonce,

-Tu ne peux pas renoncer à la moindre difficulté, voyons!

-Comment ça à la moindre difficulté? Je vis cela depuis plusieurs années déjà. N’oublie pas que nous avons été fiancés pendant quelques années pendant lesquelles j’ai découvert ces travers que j’essaie depuis de l’aider à corriger.

-Tu savais que ton gars avait cette relation … particulière avec l’argent?

-Oui. Dès nos premiers rendez-vous, j’ai détecté dans nos conversations que cet homme avait de mauvais rapports avec l’argent. Il dépensait sans cesse, de façon impulsive, et n’arrêtait pas tant que ses poches n’étaient pas vides. Et, pour faire quoi? S’acheter des fringues très chères, les derniers gadgets à la mode, ou des véhicules dernier cri. Rien de durable et productif. Rien pour le couple, la famille je veux dire. Tout cela pour lui-seul. Et, le comble c’est qu’il s’endettait aussi pour assouvir ce… besoin.

-Tu savais cela et tu n’as pas attendu de régler cette question avant de te mettre en ménage avec lui?

-J’étais amoureuse, tu sais. Et, comme je te l’ai dit, je croyais que le mariage allait le changer.

-Tu n’as pas discuté de cela avec lui pendant vos fiançailles?

-Pour dire vrai, c’est difficile. Délicat. Parler argent sans être mariés?

-Il faut justement en parler avant d’être mariés parce que c’est important. Très important. Ne pas le faire c’est une erreur que l’on paie toujours cher tôt ou tard.

-Si tu en parles avant, le gars va croire que tu es matérialiste, et que c’est son argent qui t’intéresse.

-S’il en a.

-Oui, s’il en a. Et, s’il n’en a pas, si tu abordes cette question, il croira que tu ne veux pas qu’il touche à ton argent. Que tu veux l’humilier parce qu’il n’a pas d’argent. Que tu veux porter le pantalon dans le couple, tu vois ce que je veux dire. Que tu questionnes sa masculinité.

-Tu privilégies donc la politique de l’autruche? Faire comme si il n y avait rien. Comme si tout était rose, alors que tout est noir. Ce n’est pas en fermant les yeux sur un problème que ce problème cesse d’exister.

-J’ai pas dis cela.

-C’est ce que j’entends, moi.

-Non. J’ai pas fermé les yeux sur cette situation. J’ai essayé de parler, de l’asseoir pour discuter de ce problème d’argent qui nous tue et empoisonne notre couple aujourd’hui. Mais il n’en a jamais voulu entendre parlé et n’en veut toujours pas. Je veux dire, il trouve toujours un prétexte pour éviter le face-à-face. Comme je pensais au mariage, et ne voulais pas l’épouser avec cet horrible bagage, j’ai essayé de l’aider à corriger cela. En vain.

-Alors, tu as cru qu’en vous mariant il allait changer comme par un coup de bâton magique!

-L’amour transforme, tu sais. Ou du moins j’y croyais.

-Alors, ma belle, tu vois toi-même que les choses ne se passent pas comme cela. Les choses changent pas parce qu’on le veut ou l’espère, mais parce qu’on travaille dur pour qu’elles changent. Et ceci est valable aussi pour le mariage.

-Je l’apprends aujourd’hui à mes dépends. Je ne sais toujours pas ce que mon mari gagne, encore moins ce qu’il fait avec son argent. C’est vrai que je gagne plus que lui mais ce n’est pas une raison pour qu’il me laisse couvrir toutes les charges de notre foyer, et même les siennes car il n’arrive même pas à contribuer pour les charges qu’il avait choisi de couvrir. En plus, il devient méchant, violent même lorsque j’en parle. Nous ne pouvons pas continuer comme cela. »

Cette conversation que j’ai eue hier avec une amie au sujet de son couple met en évidence plusieurs problèmes auxquels font face des gens qui vivent en couple. L’argent est au coeur de sa plainte. L’argent qui, selon des études menées par des experts, serait l’une, si non la principale raison pour laquelle plusieurs couples se déchirent et se disloquent. Les gens décident de vivre ensemble, de se marier pour passer le reste de leur vie ensemble, construire leur vie ensemble, mais tiennent le langage suivant. Trop souvent.

“Nous sommes mariés mais, s’il te plaît, ne regarde pas “Mon” argent, parce que “Mon” argent c’est “Mon” argent. Je le garde pour “Ma” famille, c’est-à-dire mes parents, mes frères et soeurs et moi-même, parce que c’est mes parents qui ont payé mon éducation et ne l’ont pas fait pour que quelqu’un d’autre vienne me dire comment je dois gérer “Mon” argent; je l’utilise pour réaliser “Mes” projets personnels parce qu’on ne sait jamais. Ce mariage peut se terminer. Il vaudrait mieux que j’assure mes arrières. J’utilise “Mon” argent pour ma famille et moi, et nous utilisons “Ton” argent pour notre couple et aussi pour aider “Ma” famille, mes parents, frères et soeurs. Je peux, à la rigueur, contribuer une certaine somme pour le couple, mais ne me demande pas de mettre tout “Mon” argent dans le couple. Et surtout ne me demande pas combien je gagne. Et ne me parle pas non plus de compte commun. Jamais! ”

Avec un langage pareil, implicite ou explicite, comment s’étonner que plusieurs foyers soient sous haute tension tout le temps?

Construits sur une fondation pareille, comment s’étonner que les couples se déchirent et se séparent?

Comment s’étonner si, dès le départ, l’esprit du couple n’y est pas?

Si, dès le départ, c’est le “Je” qui l’emporte définitivement sur le “Nous”?

Si, dès le départ, chacun regarde dans sa direction, unilatéralement choisie, une direction opposée à celle de son partenaire?

Si, dès le départ, la transparence est bannie pour dérouler le tapis rouge à la méfiance et aux cachoteries?

Si chacun vient dans le couple avec l’intention ferme de continuer à vivre son style de vie de célibataire, comme si l’autre, cette personne à qui l’on dit avoir uni sa vie désormais, n’existait pas?

Le mariage n’est pas la loterie mais une institution sérieuse qu’il faut prendre très au sérieux, et ne s’y engager que si l’on est prêt. Etre prêt veut dire si l’on a fait ses devoirs AVANT de s’engager. Devoirs qui nécessitent des efforts soutenus et structurés.

Le mariage est un projet qui, comme tout autre projet, doit être préparé, minutieusement et soigneusement implémenté, supervisé et évalué régulièrement. Lorsque nous achetons une voiture ou une maison, nous prenons le temps, tout le temps que cela requiert, pour faire des recherches parce que nous voulons éviter toute surprise désagréable. Nous entreprenons cette démarche parce que nous voulons savoir si cette voiture est une bonne marque, si elle est sûre et capable de nous protéger lorsque nous sommes en route, si elle consomme trop ou peu de carburant, s’il est facile de trouver des pièces de rechange lorsqu’elle tombera en panne, si cette voiture n’a pas été volée, si elle fonctionne bien, si elle n’est pas une loque retapée pour les besoins de vente, etc. Et, si nous sommes satisfait, nous l’achetons, après , seulement après toutes ces démarches. Une fois que nous l’avons achetée, nous assurons sa maintenance, tout le temps. Nous l’amenons faire des visites techniques, la vidange, nous contrôlons le niveau d’eau et de l’huile régulièrement, nous la lavons tout le temps. Nous le faisons aussi pour des vêtements auxquels nous tenons. Nous ne laisserons pas un sac à main Chanel ou cette paire de chaussure Christian Louboutin qui nous a coûté une fortune traîner dans un coin sans soins. Nous faisons tout cela, sans nous plaindre, et considérons cela comme une absolue nécessité. Mais, lorsqu’il s’agit de notre couple, nous laissons les choses au hasard, nous négligeons, comptons sur la chance. Nous sommes paresseux, n’avons pas le temps, ou tout simplement n’y accordons pas d’importance. Les choses s’arrangerons toutes seules, disons-nous. Ou par la grâce de Dieu. Hélas, non! Fais ta part et Dieu fera la sienne. “Attache ton chameau avant de le confier à Allah!” comme le dit si bien un proverbe arabe.

Oui, quelqu’un doit faire le boulot et, ce quelqu’un, c’est ceux qui font le couple. C’est leur devoir, leur responsabilité de s’examiner, avant mais aussi pendant la vie ensemble, pendant leur union, pour corriger ce qui ne va pas et qui risque de leur nuire plus tard, améliorer et perfectionner ce qui va.

Oui, en matière de couple, rien ne doit être laissé au hasard, ou alors, si nous choisissons de laisser Dieu, le hasard ou la chance prendre les rênes, préparons-nous à payer la facture, laquelle est très souvent salée!

Puisque ces problèmes reviennent sans cesse, sous une forme ou une autre, j’ai décidé de commencer, dans un avenir proche, une série dans laquelle j’aborderai, chaque semaine, un sujet qui pose problème dans les couples, ou entre ceux qui envisagent de se mettre en couple. A travers des histoires que je partagerai avec vous, et que vous partagerez avec les lecteurs et lectrices de ce blog, nous échangerons nos expériences, apprendrons tous ensemble ces tips et trucs dont nous avons tous besoin pour construire un mariage sain, heureux, solide, prosper, et qui dure. Parce que, oui, cela est possible.

Ton tour maintenant…

Si tu penses, comme moi, que cela est possible, lis et partage cet article. Et surtout n’oublie pas d’apporter ton feedback lequel aidera les lecteurs et lectrices de ce blog à améliorer leur vie.

A votre bonheur!

Céline Clémence Magnéché Ndé Sika