Personne n’appelle, personne ne demande comment je vais…

Don't take chances

« Personne n’appelle. Personne ne demande comment je vais. »

Cette phrase, c’est un jeune homme dans la quarantaine  qui la prononce. Il est attablé avec un autre jeune homme sur la table à côté de moi dans un restaurant. Ou mieux un café restaurant. Je lève la tête et le regarde avec intéret à partir de ce moment-là pour tenter d’en savoir un peu plus sur cette personne qui a l’air d’en vouloir au monde entier. Il a l’air malade. Il est malade. Amaigri, pâle. Je regarde encore et découvre avec stupéfaction qu’il s’agit du journaliste. Ou mieux, l’homme qui fut un des jounalistes les plus populaires du pays. Celui qui fut le journaliste vedette de la chaîne de télévision la plus populaire du pays. Ceux qu’on appelle aujourd’hui les celebrities. Il y a quelques semaines il a passé une annonce dans les journaux pour demander de l’aide. Il a besoin d’argent pour aller se faire soigner en Inde. Ceux qui peuvent y vont désormais, de plus en plus, parce que le système de santé de leurs pays a foutu le camp ou alors les soins prodigués par la poignée de vrais et compétents médecins –des faux pullulent- sont hors de portée. Un vilain cancer en veut à la vie de notre ancien journaliste. S’il ne se dépêche pas, bientôt  il ne sera plus là, une horreur car notre ami n’a pas 50 ans. Ses amis, les rares qui lui restent, relaient le message sur les réseaux sociaux pour inviter ses fans et ceux qui compatissent à faire quelque chose.

Comment en est-il arrivé là, notre ami journaliste?

Hier courtisé, sollicité de toutes parts par ceux qui comptent et veulent continuer à compter, ami de la jet set, des celebrities avec qui il trinquait et visitait les endroits les plus in de la ville et du pays, il est seul aujourd’hui. Oublié de tous et de toutes. Evité comme la peste. Et il ne comprend pas.

“Où sont mes amis?” demande-t-il à son compagnon de table.

Des amis, il n’en avait pas. Les vrais, je veux dire. Ceux qui sont là lorsque la danse bat son plein, mais qui sont aussi là lorsque la danse est finie. Ceux qui ne vous abandonnent pas lorsque vous êtes entrain de dégringoler et descendre toujours plus bas. Ceux et celles qui prennent votre appel lorsque votre étoile ne brille plus, lorsque vous avez perdu votre éclat, votre couronne et vos moyens.  Ceux et celles qui ne vous abandonennt pas lorsque vous avez besoin d’aide.

“Je sais désormais que je n’avais pas d’amis,” dit notre journaliste, au bord des larmes.

Comme cet homme, plusieurs d’entre nous découvrent, avec amertume, que ce qu’ils percevaient n’est pas la réalité, que ce qu’ils croyaient, n’est pas ce qui est.  Et c’est souvent difficile de digérer cela.

Vous vous reconnaissez dans cette histoire? Eh bien, moi aussi!

Il y a quelques années, lorsque j’avais cruellement besoin de ceux et celles que je croyais être mes amis, tous et toutes étaient aux abonnés absents. Certains y sont toujours aujourd’hui.realite, perception,

Pourquoi est-ce que je te raconte cette histoire?

Parce que je voudrais partager avec toi quelques petites mais importantes leçons de vie que j’ai apprises grâce à mes “amis”. Notre ami journaliste aussi, je crois.

  1. Il ne faut jamais vraiment compter que sur soi-mê Et, surtout, n’attendez rien de personne et vous ne serez jamais déçu. N’attendez rien, même pas un “Merci.” Si vous en recevez, c’est tant mieux. Si vous n’en recevez pas, No worries, d’ailleurs vous n’attendiez rien. Vous avez agi sans être dans cette logique de Give and Get. Vous avez juste agi parce que votre coeur vous a demandé de le faire. Period!
  2. Quelque soit ton statut social, il est important de rester humble. L’humilité n’est pas seulement l’affaire des pauvres. C’est une grande vertu que nous devons tous utiliser indépendament du de la grosseur de notre compte en banque, notre notre statut social, notre origine, j’en passe.
  3. Lorsque tu es entrain de monter, arrête-toi, pas pour utiliser ceux et celles que tu rencontres sur ton chemin pour mieux advancer et aller plus haut, mais pour les saluer parce que, demain, lorsque tu seras entrain de dégringoler, tu rencontreras ces mêmes personnes et c’est très certainement elles qui amortiront ta chute.
  4. Ne vis pas au-dessus de tes moyens ou au jour le jour comme si demain n’existait pas. Demain existe et est impitoyable pour ceux et celles qui l’ignorent. Etre réduit à passer des annonces dans les journaux pour demander de l’argent dont on a besoin pour se soigner alors qu’on avait un des plus bons salaires du pays veut dire que l’on n’a pas pris les mesures qu’il faut pour éviter de se retrouver dans cette situation malheureuse. Ce qui n’est pas intelligent parce que, si tu ne penses pas à acheter un parapluie, tu seras mouillé lorsqu’il pleut, et il pleuvra, mon ami, que tu aies un plan de protection ou pas. As-tu une assurance? Pour ta voiture, bien sûr, mais aussi pour ta santé et même ta vie?  As-tu un compte en banque pour des cas d’urgence? Je veux dire pour des cas de maladie, comme notre ami journaliste, ou au cas où tu perds ton boulot ou ta seule source de revenus. Si tu  vis au-dessus de tes moyens, il est temps d’apprendre à être ré Si tu n’as pas d’assurance ou de compte en banque où tu peux prendre de l’argent en cas d’urgence, pense à en ouvrir un et à l’alimenter régulièrement. Que tu gagnes une fortune ou juste ce dont tu as besoin pour survivre. Si tu prends la peine de faire un budget, realiste, tu sauras où va ton argent, pourras facilement éliminer tout ce qui est accessoire et dont tu peux faire sans, et enfin épargner pour investor et grandir, ou parer aux coups de la vie.

Fais-le, dès que tu commences à travailler.

A ton Bonheur!

Publicités

On a toujours de quoi être reconnaissant

Reconnaissance

 

J’écris cet article assise dans ma salle de travail. Je regarde à travers la fenêtre et ne peut pas m’empêcher d’admirer la beauté du paysage. Le temps est superbe, pas le froid glacial de certains pays, encore moins la chaleur abominable d’autres. Juste ce qu’il faut. J’ai préparé ma tasse de thé habituelle et ai décidé de le boire sans ajout. Pas de sucre. Pas de lait. J’ai banni le sucre depuis presque deux ans déjà. Il paraît que le miel est un bon substitut. Je préfère boire mon thé comme cela pour mieux savourer ce breuvage aux multiples vertus. Lorsque j’aurai fini ce thé, je passerai à l’eau chaude, oui, parce que c’est excellent pour nous aider à prendre soin de notre corps, cette unique maison dans laquelle nous vivons. Notre temple certains diront.

Lorsqu’on a 20 ans, c’est souvent le dernier de nos soucis. On a d’autres chats à fouetter. On veut conquérir le monde. On veut refaire le monde. On ne comprend pas qu’on ne nous comprenne pas. On prend des risques, souvent inutiles. Mais, lorsqu’on prend de l’âge, les priorités changent significativement. On devient plus conscient que notre temps est limité sur cette terre et qu’il est important de prendre les mesures nécessaires pour rendre notre séjour sur cette terre aussi heureux que possible. On fait attention à ce qu’on mange et boit car c’est ce que nous mangeons et buvons qui nous tue. On célèbre chaque jour qu’on a la chance de voir parce que, les amis, ce n’est pas un acquis.

En effet, au moment où on se lève de son lit et s’apprête à commencer une nouvelle journée, quelqu’un quelque part, souvent un bébé, se bat désespérément pour vivre, luxe qu’il ne pourra pas souvent se payer.

Oui, chaque jour que nous avons la chance de voir n’est pas toujours rose. Il est même souvent horrible, synonyme de douleur, souffrance, stress, etc.

Oui, cette promotion que tu attendais et pour laquelle tu as travaillé comme un animal n’est pas venue. Ou mieux, elle a été donnée à ceux qui, d’après toi, ne la méritent pas.

Oui, cette personne qui t’avait promis l’amour éternel t’a finalement plaquée dès que tu as fini de payer ses études et aidé à trouver un emploi pour une autre, plus jeune, plus good looking, plus instruite, plus mince, plus…

Oui, tu as découvert que cette personne que tu aimais plus que toi-même, et qui avait promis de t’aimer et de ne pas te faire du mal, a fait un enfant avec une autre femme, lequel a le même âge que ton premier né…

Oui, tu es sans travail depuis des années malgré tes efforts pour en trouver un…

Oui, le stress que tu subis de la part de tous parce que tu n’as pas encore eu d’enfant depuis ton mariage célébré il y a 1 an, ou de partenaire à 40 ans, est de plus en plus difficile à supporter…

Oui, tout cela est vrai, douloureux, et injuste. Mais, souviens-toi de tous ceux qui n’auront jamais 40 ans.

Souviens-toi de tous ceux qui ne peuvent plus se souvenir, de ceux-là qui ont tout perdu jusqu’à perdre leur mémoire, jusqu’à oublier qui ils sont.

Souviens-toi de ceux qui n’espèrent plus, comme cet enfant de 7 ans atteint de cancer en phase terminale qui attend, avec ses parents, le dernier jour.

Comme cet ami prêtre qui, atteint de cancer en phase terminale, attend, couché sur son lit de mort à l’hôpital, tous les appareils qui le maintenaient en vie débranchés, le grand départ.

J’ai appris à saluer chaque jour que j’ai le privilège de voir, quelque soit sa couleur parce que nous avons toujours quelque chose de quoi être reconnaissante. Ce n’est pas parce que les choses ne marchent pas comme je le souhaite que je vais refuser l’appel du futur. La vie est dure, certes, ce qui n’est et ne devrait être aucune surprise. Mais, la bonne nouvelle, heureusement, c’est qu’elle nous donne toujours les outils pour nous en sortir mais si et seulement si nous sommes prêts à les recevoir et à les utiliser. Un de ces outils c’est notre capacité à regarder ce que l’on a, au lieu de ce que nous avons perdu ou n’avons pas, et de nous souvenir que le jour finit toujours par se lever aussi longue soit la nuit!

Pour résumer? Voici 6 choses intéressantes à faire tous les jours pour te sentir merveilleusement bien et être superbe. Pour te faire du bien en un mot:

  • Penser positivement
  • Manger et boire sain
  • Faire de l’exercice physique, au moins une fois par semaine
  • Se faire moins de soucis et ne pas laisser le passé et tes circonstances venir t’emmerder et t’empêcher de vivre l’instant présent, ton seul bien
  • Travailler dur car rien ne viendra sans transpiration
  • Rire très souvent
  • Bien dormir, sur un bon matelas qui date de moins de 7 ans, dans un lit bien fait, avec du linge que tu aimes, loin des téléphones, téléviseurs et autres gadgets
  • Et pardonner à ceux qui vous ont offensé, pour vous, parce que, ne pas le faire c’est donner à l’autre le pouvoir de s’installer dans ton esprit et de le gérer
  • Et te pardonner toi-même

 

 

 

Ne laissez pas l’incertitude gouverner et ruiner votre vie!

Il y a quelques jours une amie que je n’avais plus vue depuis un bout de temps m’a affirmé lors d’une conversation qu’elle avait perdu le sommeil parce qu’elle ne comprenait pas pourquoi elle donnait le meilleur d’elle-même pour l’entreprise dans laquelle elle travaillait sans obtenir la moindre reconnaissance de la part de son boss.

“C’est sur qu’il me reproche quelque chose si non, il m’aurait félicitée pour tout le travail que je fais et les bons résultats que j’ai obtenus dans cette entreprise. C’est sûr, je n’aurai pas ma promotion et serai virée a la première occasion. J’ai absolument besoin de ce job sans lequel je risque de perdre ma maison et de me retrouver dans la rue, obligée de vivre des aides sociales”, disait-elle.

Lorsque j’ai voulu savoir ce qu’elle envisageait de faire pour régler cette situation, elle m’a dit qu’elle allait faire profil bas, s’effacer, éviter tout acte qui pourrait lui attirer des blâmes et précipiter son licenciement.

ImageMon amie n’est pas la seule à vivre ce genre de situation, à laisser l’incertitude prendre possession d’elle et son imagination l’empêcher de vivre pleinement sa vie. Elle n’est pas la seule à entretenir, à alimenter des scénarios de fin de monde et à redouter des choses qui n’auront très certainement pas lieu parce que celles-ci n’existent que dans son imagination. En laissant l’incertitude la gouverner, elle donne à celui-ci le pouvoir de saper son moral et de ruiner sa santé, ce qui a pour conséquence de réduire ses chances de réussir sa vie profesionnelle et d’avoir une vie personnelle épanouie.

Si vous vous reconnaissez dans l’histoire de mon amie, je dirais qu’il est temps pour vous de sortir de l’incertitude et de reprendre le contrôle de votre vie. Voir son travail reconnu et valorisé par son boss, ses collègues et ses amis est une formidable motivation et un élément important pour notre bien-être. Mais nous ne devons pas faire de la recherche de cette reconnaissance une condition pour être heureux et épanoui. Si tel est votre cas, alors vous avez de sérieux problèmes d’autoestime que vous devez résoudre. Faites votre travail comme cela se doit, un point un trait. Si la reconnaissance arrive, ce sera la cérise sur le gateau et ce sera formidable. Si elle n’arrive pas, ce sera toujours formidable parce que vous  avez bien fait votre travail, pour vous-même d’abord, ce qui a la vertu de vous épargner d’avoir la conscience intranquille si vos ne faites pas bien votre travail.

Si vous voulez absolument savoir ce que votre boss pense de votre travail, eh bien demandez-le lui. N’imaginez pas. N’imaginez rien. Parlez.

Ce que vous devez faire pour ne pas être victime de votre imagination comme mon amie? Vous le savez déjà:

-vivre aujourd’hui en gardant le contact avec la réalité, avec la vie réelle;

-rechercher l’information si vous avez des doutes. N’imaginez rien: demandez, pour vous rassurer que vous etes bien dans le reel et pas dans un monde irreel;

-cesser d’avoir peur de déplaire –de toutes les façons vous ne pourrez jamais plaire à tout le monde-, ou de commettre des erreurs –parce que celles-ci sont une opportunité d’apprentissage-.

Si l’article vous a plu, faites-moi plaisir: partagez-le avez vos amis, votre famille, vos proches. Et n’oubliez pas de partager avec moi ce que vous pensez. J’adorerai le savoir.

A la prochaine, ici, pour d’autres tips et trucs pour améliorer votre vie!

Celine SIKA